PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Bye bye Anjorin Moucharafou !

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Bye bye Anjorin Moucharafou !

Message par Admin le Lun 27 Déc 2010 - 10:53


Bye bye Anjorin Moucharafou !



J’ai découvert il y a pas longtemps Janus ce dieu grec avec deux têtes, l’une tournée vers la sortie et l’autre vers l’entrée. Il symbolise à la fois la paix et la guerre. Ce cas de schizophrénie correspond exactement au caractère de l’ex-président de la Fédération béninoise de football (Fbf). La scène surréaliste a eu lieu jeudi après midi au ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs.


Le ministre Modeste Kérékou a tenté une médiation entre les deux parties. Ils étaient quatre dans son bureau : Anjorin Moucharafou, Sébastien Ajavon, Marius Francisco, le président du Comité national olympique et sportif béninois (Cnosb) et bien évidemment le ministre Modeste Kérékou… C’est ce dernier qui a planté le décor, en demandant aux deux parties de trouver un compromis. Mais il s’est heurté à un refus net de l’ex-président de la Ligue de football professionnel du Bénin (Lfpb), Sébastien Ajavon : « Je ne veux plus jamais travailler avec ce monsieur ». Marius Francisco se jette aussi à l’eau : « Je comprends exactement votre position et votre colère, on ne peut pas investir tant d’argent et ne pas pouvoir faire les réformes nécessaires, mais Mr Ajavon on est au Bénin et c’est notre devoir de chercher une solution à l’amiable. Je vais demander à Anjorin de s’excuser, de présenter ses excuses, et après vous allez revenir sur votre décision… ». Anjorin Moucharafou accepte le deal, et opte pour la demande de pardon. Il était prêt pour la génuflexion, mais Ajavon ne démord pas : « Je ne vais pas présenter une démission devant les cameras et venir la retirer dans un bureau, je me retire du football c’est clair et net ». La réplique d’Anjorin Moucharafou fait sourire l’ex-président de la Ligue. « Tu te retires du football alors pourquoi parles-tu encore du football ». « Tu n’as donc rien compris », lui a répondu Ajavon. « Si j’ai démissionné, c’est pour que tu démissionnes aussi, et comme tu veux l’affrontement, nous sommes prêts. Désormais, il y aura que des nouvelles têtes, des hommes compétents dans le futur bureau ».

Chaque camp est resté dans sa position. Le ministre a fait introduire ensuite dans son bureau les autres membres des deux camps, mais il n’a pu trouver de solution. Sinon que prendre des mesures conservatoires ordonnées pour empêcher l’accès au siège de la Fédération béninoise de football aux deux parties. Il a également demandé que les textes soient appliqués…

La crise s’emballe et prend des proportions inquiétantes et on peut craindre le pire. Car le championnat professionnel béninois peut prendre un coup. Certains arbitres (Crespin Aguidissou, Sitou Rafiatou, Brice Igué…), sous l’impulsion d’un membre du camp Anjorin, viennent d’écrire à la Caf et à la Fifa pour dénoncer les conditions dans lesquelles ils travaillent. Selon eux, ils travaillent sous pression. L’objectif de cette pétition, qui n’a pas reçu l’adhésion des autres arbitres est de paralyser le championnat béninois… Janus est prêt à faire feu de tout bois.

Le camp Anjorin Moucharafou, très actif, a déjà pris contact avec ses anciens adversaires tels que Valère Glèlè, El hadj Oussou Saka, les frères Bruno et Quentin Didadi, El Hadj Rafiou Gazaliou et autres anciens locataires la Fédération béninoise de football. Se basant sur leur interprétation des textes, il va pourvoir au remplacement des membres démissionnaires… Du coté d’Ajavon, la sérénité est de mise, on s’agrippe au texte pour atteindre l’objectif initial qui consiste à faire partir Anjorin Moucharafou, en attendant l’arrivée à la mi-janvier de la mission conjointe Caf-Fifa pour tenter de dénouer la crise.

S’il est difficile de comprendre la genèse de la crise et de supputer sur les conséquences, il apparaît que l’objectif est sans aucun doute de contraindre Anjorin Moucharafou au départ. Les réformateurs n’ont plus envie de travailler avec le président et l’ont fait savoir devant les cameras et les micros. Il faut avouer que le coup était préparé depuis plusieurs mois et le groupe s’est appuyé sur les statuts de la Fbf votés le 23 novembre 2010. Mais Anjorin n’a pas encore dit son dernier mot. Le personnage est malin et dispose de véritables relais au sein de la Caf et de la Fifa. Tel un phénix, il va peut-être encore renaitre de ces cendres, seulement en face il n’y a pas des menus fretins. Surtout, Ajavon qui dispose aussi de certains atouts au sein de la Fifa et qui a d’ailleurs refusé la médiation initiée par Issa Hayatou si elle n’est pas inscrite dans un cadre formel et institutionnel… La course-contre-la montre est désormais enclenchée d’autant que les Ecureuils doivent livrer un match amical dans le cadre des éliminatoires de la Can 2012. Ils doivent jouer un match décisif contre la Côte d’Ivoire le 27 mars prochain. Le nouveau sélectionneur national, lui, se ronge les ongles, le public sportif béninois attend avec impatience la résolution de la crise. Le mois de janvier sera décisif, même si pour le moment, l’une des têtes de Janus est tournée vers la sortie.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû 2017 - 13:47