PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

PRESIDENT HUBERT MAGA

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1565
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

PRESIDENT HUBERT MAGA

Message par Admin le Mar 30 Juin 2009 - 14:00

Jeunesse

Né le 10 août 1916 à Parakou, Hubert Maga a vraisemblablement fréquenté l’école coranique de la ville avant d’y faire ses études primaires qu’il poursuit à partir de 1926 à Bohicon, où il a pour enseignant Émile Bodé Zinsou, et à Abomey, où il obtient le Certificat d’étude primaire. Il intègre alors l’École primaire supérieure de Porto-Novo avant d’entrer à l'École William Ponty en 1933. Les quatre années d’école normale lui permettent de rencontrer à Porto-Novo, où a lieu la première année d’enseignement, le Nigérien Hamani Diori et, à Gorée au cours des trois années suivantes, le Soudanais Modibo Keïta avec lequel il se lie. Ces années sénégalaises sont aussi l’occasion d’une conversion au catholicisme, peut-être liée à sa rencontre avec sa future femme, une Dahoméenne issue d’une importante famille de « Brésiliens » de la côte. Major de la promotion dahoméenne à sa sortie de Ponty, Hubert Maga est le troisième instituteur dahoméen originaire du Nord. Il est d’abord nommé à Bembèrèkè (à une centaine de kilomètres au nord de Parakou), puis à l’école primaire de Natitingou qu’il dirige à partir de 1945.
Ce parcours scolaire et professionnel est remarquable, mais il ne suffit pas à Hubert Maga pour se faire remarquer sur la jeune scène politique dahoméenne. L’éloignement géographique, son jeune âge et des liens insuffisants, voir inexistants, avec les principaux animateurs des Comités électoraux – tant dans l’Église catholique que chez les « anciens » des sociétés de presses de l’entre-deux guerre – expliquent qu’il n’a sans doute pas été membre des Comités électoraux.

L'entrée dans la vie politique

Toutefois, lors des élections locales de 1946-1947, Hubert Maga se présente au deuxième collège sur la liste de l’UPD, non dans la circonscription de Parakou mais dans la sixième circonscription réunissant les cercles de Kandi et de Natitingou. Les documents font défauts quant à son adhésion à l’UPD et au mode d’élaboration des listes électorales, mais il est vraisemblable que l’UPD ait été confronté à une carence de candidats offrant un niveau scolaire minimum dans deux cercles où les infrastructures scolaires étaient insuffisantes. Cela explique l’élection de Hubert Maga à Natitingou et, plus étonnant encore, celle du porto-novien Michel Ahouanmenou sur la même liste. L’implantation réussie de Hubert Maga à Natitingou – et qui se vérifiera aux élections locales de 1952 et de 1957 – doit sans aucun doute à la reconnaissance de son action scolaire dans cette région, mais elle éclaire de fait une constante critique de ses origines filiales qui lui interdit tout espoir de candidature à Parakou, dont il est pourtant originaire.

En février 1947, il est élu secrétaire de la Commission budgétaire du premier Bureau du Conseil général, avant d’être élu au Grand conseil de l’AOF le 3 novembre 1947, en quatrième place sur la liste de l’UPD conduite par Sourou Migan Apithy. De nouveau, rien ne nous permet de déterminer le mode de constitution de cette liste. Mais seul représentant du Nord élu au Grand conseil, il est vraisemblable que certains membres de l’UPD (Apithy ?) aient pris conscience de l’utilité d’une fidélisation des électeurs originaires du nord du Territoire. De fait, Hubert Maga accède à des responsabilités politiques qui en font l’une des personnalités politiques clés, même s’il n’apparaît pas alors comme l’un des animateurs de la scène politique dahoméenne ; il est ainsi pratiquement absent des débats sur les relations entre l’UPD et le RDA. Cette absence d’engagement lui est d’ailleurs alors reprochée comme en témoigne un rapport du gouverneur Jacques Boissier :

« À Natitingou, Maga Coutoucou, grand conseiller et conseiller général, de l’Union Progressiste Dahoméenne, semble reprendre avantage sur la section du Bloc Populaire Africain (BPA) de la région. Mais il ne paraît pas renoncer pour cela à son idée de constituer à l’instar de ce qui est fait en Guinée, un parti régional « Indépendant du Nord » ne serait-ce que pour ne plus se voir reprocher son obédience passive à l’UPD et pour mieux défendre les intérêts des populations du Nord qu’il représente. Ces intentions expliquent pourquoi, au Conseil Général, le président Apithy a tant insisté pour qu’on ne néglige pas le Nord, notamment en ce qui concerne les crédits et le programme de travaux. »

La possibilité de voir apparaître un parti politique spécifique au Nord apparaît ici pour la première fois dans un document produit par l’Administration. Car malgré ses deux mandats, Hubert Maga ne semble pas peser de manière prépondérante au sein de l’UPD. Ainsi, le rapport mensuel de novembre 1948, qui établit un récapitulatif des forces politiques en présence au Dahomey, ne le cite pas parmi les quinze principaux leaders du doyen des partis dahoméens. Et les assurances de Sourou Migan Apithy et du président de l’UPD Augustin Azango que le Nord ne sera pas oublié, ne convainquent pas Hubert Maga qui, rejoint par le conseiller Tahirou Congacou (directeur de l’École régional de Djougou) et Mama Chabi (petit-fils de la chéfesse des Peuls de Parakou), envisage de plus en plus la création d’un parti spécifiquement nordiste.
Un parti pan-nordiste : le Groupement ethnique du Nord
Il faut cependant attendre les élections législatives du 17 juin 1951 pour que la rupture soit effective. L’obtention d’un second siège au Palais-Bourbon pour la circonscription du Dahomey est alors considérée, par Hubert Maga et ses partisans, comme l’occasion donnée à l’UPD de démontrer son attachement aux intérêts du Nord par la désignation de Maga sur la liste du parti. Le refus des instances dirigeantes de l’UPD, qui choisissent Émile Zinsou et Sourou Migan Apithy, provoque le départ de Hubert Maga et de nombreux militants originaires du Nord. Cette scission apparaît comme inéluctable pour Hubert Maga qui, dans le cas contraire aurait pris le risque de voir fortement contesté son autorité sur les autres élus du Nord. Mais le pari considérant qu’un scrutin législatif se joue d’avantage sur la personnalité des candidats que sur le parrainage d’un parti politique est des plus risqué. Et même si dans les mois qui suivent, le départ de Sourou Migan Apithy de l’UPD résulte d’une analyse similaire, le député du Dahomey a pour lui une popularité sans nulle égale parmi le personnel politique dahoméen.

La réussite de la liste conduite par Hubert Maga, avec pour colistier le médecin africain René Deroux, n’a pu être possible que par le recueil d’une très large majorité des voix dans le Nord et par de fortes divisions politiques dans le Sud. En effet, au vu de la chance que constituait cette élection, l’union de l’ensemble du personnel politique du Nord s’est réalisée sans difficulté autour d’Hubert Maga et au sein d’une nouvelle formation au nom des plus évocateur : le Groupement ethnique du Nord (GEN). Mais, la liste Maga/Deroux a aussi bénéficié de la multiplication de listes électorales aux réserves potentielles de voix identiques. Ainsi, la liste du GEN arrive en deuxième position après la liste Apithy/Dunglas, mais devance très largement les listes Zinsou/Kakpo (UPD), Quenum/Kounde (GID), Poisson/Akplogan (BPA) et d’Assomption/Stifkens. En devenant député de la circonscription du Dahomey aux côtés de Sourou Migan Apity – qui lui conseille de s’inscrire au groupe des IOM au Palais-Bourbon. Hubert Maga accède à la plus prestigieuse fonction élective auquel peut prétendre un Dahoméen et devient l’une des personnalités incontournables de la scène politique dahoméenne.
Cela se traduit par une solide implantation du GEN dans le Nord qui se vérifie lors des élections locales du 30 mars 1952. En remportant neuf sièges, la formation nordiste devient le deuxième force politique de l’Assemblée territoriale et une alliance passée avec le PRD permet à Hubert Maga d’obtenir l’un des sièges de vice-présidents. Le 30 avril, les deux députés du Dahomey retrouvent aussi leurs sièges de Grands conseillers, mais le non-respect des consignes de votes, tant au sein du GEN que du PRD, entraîne l’élection au Grand conseil d’un conseiller BPA (Ahomadegbe) et de deux conseillers européens sans étiquettes (Chaux et Bertho). Ce cafouillage tient peut-être aussi aux consignes de neutralité données par Hubert Maga qui entend ne pas limiter au seul Nord l’influence de son parti et donc de ne favoriser aucune autre formation, y compris le PRD.

Dans cette optique, la première décision qui est prise lors du premier congrès du GEN des 10, 11 et 12 janvier 1953 est la modification de sa dénomination pour celle plus large de Mouvement démocratique dahoméen (MDD). L’affirmation d’une telle ambition aux objectifs improbables, n’a que peu de répercussion, y compris au sein du PRD, principale formation visée. D’autant que sous une apparente unité de façade, certains contentieux apparaissent au sein du MDD comme le choix de la ville devant accueillir le siège, Djougou ayant été préféré à Parakou, la ville la plus importante du Nord, mais aussi la plus prompte à remettre en cause l’autorité de Hubert Maga. Quoi qu’il en soit, l’alliance entre le PRD et le MDD fait de nouveau la preuve de son efficacité lors des élections pour l’Assemblée de l’Union française de novembre 1953 qui consacrent la victoire de leurs deux candidats. En effet, désireux de barrer la route à une liste menée par Émile Derlin Zinsou, Sourou Migan Apithy avait proposé au MDD de présenter une liste commune réunissant un candidat du Sud désigné par le PRD – en l’occurrence Paul Hazoumé – et un candidat du Nord désigné par le MDD – René Deroux après le refus de Tahirou Congacou d’une alliance contre Emile Derlin Zinsou.

Malgré le succès de la liste Hazoumé/Deroux, les relations entre Sourou Migan Apithy et Hubert Maga se détériorent rapidement ; ce dernier désirant s’affranchir d’un parrainage qu’il trouve encombrant, notamment au Palais-Bourbon, et qui est critiqué dans les rangs du MDD. Les limites de l’alliance tacite entre le PRD et le MDD sont atteintes lors des élections du 19 juin 1955 au Conseil de la République. Contraint par ses engagements d’apporter son soutien à Maximilien Quenum, candidat du PRD à la deuxième section des non-citoyens, le MDD est dans l’incapacité de présenter un candidat à la première section faute d’y avoir un élu. Prisonnier de son implantation territoriale, le MDD l’est aussi de son absence à la section des citoyens et perd ainsi l’occasion de remporter un siège au Palais du Luxembourg. D’autant que le choix de Maximilien Quenum provoque le mécontentement d’une partie des élus du MDD qui auraient préféré, dans une certaine mesure, Fassassi Adamon dont l’importance dans la communauté musulmane dahoméenne a déjà été mentionnée. Hubert Maga a d’ailleurs lors du scrutin, le plus grand mal à faire respecter les consignes de vote du MDD. Contesté pour son impuissance lors d’un scrutin dont il aurait pu être l’arbitre, la légitimité de Maga au sein du MDD est mise en doute ; ses détracteurs rappelant ses « origines paternelles étrangères » .

Toutefois, Hubert Maga reste incontournable au sein d’un mouvement dans lequel il bénéficie d’une certaine aura due notamment à son mandat de député. C’est donc en toute logique qu’il se représente lors des élections législatives de janvier 1956. Mais soucieux de marquer la rupture entre le MDD et le PRD, il choisit comme colistier Faustin Gbaguidi, membre de l’ancienne famille régnante de Savalou, synonyme d’une volonté d’implantation du MDD dans la partie centrale du Dahomey jusqu’alors « chasse gardée » des partis politiques originaires du Sud. Conscient que l’existence d’un MDD trop puissant en ferait l’arbitre de la scène politique dahoméenne, il semble que Sourou Migan Apithy ait favorisé la création de deux listes concurrentes à celle du MDD de façon à faire chuter Maga ; la première comprenant Antoine Toko et Djibril Maurat (liste des Indépendants des partis politiques) et la deuxième regroupant Paul Darboux et Mama Soumanou (liste de Défense des intérêts économiques). Cette clairvoyance de Sourou Migan Apithy tient aussi sans doute au fait qu’il ne devait pas ignorer que dans un même temps, Hubert Maga et Émile Derlin Zinsou multipliaient leurs rencontres afin de favoriser un rapprochement entre l’UDD et le MDD.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Mar 21 Aoû 2018 - 13:39