PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Patrimoine des présidents africains en France: décision le 9 novembre

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Patrimoine des présidents africains en France: décision le 9 novembre

Message par Admin le Mer 27 Oct 2010 - 12:59



Patrimoine des présidents africains en France: décision le 9 novembre



La Cour de cassation dira le 9 novembre si un juge français a le droit ou non d'enquêter sur l'affaire dite des «biens mal acquis», concernant le patrimoine en France des présidents du Gabon, du Congo et de Guinée équatoriale et de leur entourage.

Le ministère public s'est opposé mardi, lors de l'audience devant la chambre criminelle de la Cour de cassation, à la tenue d'une telle enquête.

En mars 2007, l'ONG Transparence International (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption, avait déposé plainte contre les conditions d'acquisition d'un important patrimoine immobilier et mobilier en France par trois chefs d'Etat africains - Denis Sassou Nguesso (Congo), Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatorial)e et le défunt chef d'Etat Omar Bongo Ondimda (Gabon), et certains de leurs proches.

D'après l'ONG, le patrimoine immobilier des trois chefs d'Etat en France s'élèverait à quelque 160 millions d'euros. Le clan Bongo possèderait à lui seul une trentaine de luxueux appartements ou maisons, notamment autour du magnifique parc Monceau, à Paris. Denis Sassou Nguesso détiendrait notamment une belle villa au Vésinet (Yvelines).

A l'issue d'une enquête préliminaire approfondie, le parquet avait pourtant classé le dossier.

En décembre 2008, TI avait déposé une seconde plainte, classée elle aussi. Elle avait alors déposé plainte avec constitution de partie civile, une procédure qui permet de contourner le parquet et de saisir directement un juge d'instruction.

En mai 2009, une juge du pôle financier de Paris avait redonné espoir à l'ONG, en donnant son feu vert à l'ouverture d'une enquête. Le parquet avait immédiatement fait appel de cette décision, estimant que le plaignant n'avait juridiquement pas d'intérêt à agir.

Mais le 29 octobre 2009, la cour d'appel de Paris avait donné raison au ministère public et jugé TI irrecevable. L'association s'était alors pourvue en cassation.

Mardi, l'avocat de TI, Me Emmanuel Piwnica, a demandé à la Cour de cassation de «censurer» la décision de la cour d'appel, car «contrairement à ce qu'elle dit» dans son arrêt, «le parquet n'a pas le monopole de la défense des intérêts collectifs.»

«Nous nous situons sur le terrain de la corruption et, qu'on le veuille ou non, selon l'article 435-6 du Code pénal, les poursuites ne peuvent être engagées qu'à l'initiative du ministère public», lui a répondu l'avocat général Gilles Lucazeau, après avoir répété que Transparence International n'avait subi aucun «préjudice direct».

Selon lui, si le législateur a réservé les poursuites au ministère public, c'est qu'il a dû estimer que les relations diplomatiques étaient un «domaine hautement sensible». «C'est peut-être critiquable, mais c'est la loi qui le dit», a-t-il ajouté.

La lutte contre la corruption est «une priorité de la Chancellerie», «la plus grande fermeté a été demandée au ministère public» dans cette matière, s'est insurgé Me Piwnica.


Leparisien.fr



_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Mar 26 Sep 2017 - 7:27