PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Côte d`Ivoire: les évènements depuis le 2e tour de la présidentielle

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Côte d`Ivoire: les évènements depuis le 2e tour de la présidentielle

Message par Admin le Mar 28 Déc 2010 - 12:31


Côte d`Ivoire: les évènements depuis le 2e tour de la présidentielle



Voici les dates-clés de la crise en Côte d'Ivoire depuis les élections du 28 novembre, alors que trois chefs d'Etats ouest-africains tentent, à Abidjan, de convaincre Laurent Gbagbo de laisser le
pouvoir:

NOVEMBRE

- 28: Le second tour de la présidentielle entre Laurent Gbagbo, président sortant, et son rival Alassane Ouattara, se déroule dans un climat de tension: trois morts. Les deux camps s'accusent d'avoir empêché les électeurs de voter dans certaines régions.

DECEMBRE

- 2: La Commission électorale indépendante (CEI) annonce la victoire de M. Ouattara (54,1%), résultat rejeté par le Conseil constitutionnel acquis à M. Gbagbo.

- 3: Gbagbo est proclamé vainqueur (51,45%) par le Conseil constitutionnel. Ouattara se présente comme "président élu". L'ONU, l'UE, Washington, Paris et Londres reconnaissent sa victoire.

- 4: Gbagbo est investi chef de l'Etat. Ouattara prête serment "en qualité de président" et reconduit Guillaume Soro comme Premier ministre. Le lendemain, Gbagbo nomme Premier ministre Aké N'Gbo.

- 7: La Cédéao suspend la Côte d'Ivoire et demande à Gbagbo de "rendre le pouvoir".

- 9: L'UA suspend la Côte d'Ivoire.

- 15: Paris déclare n'avoir "aucune intention d'intervenir militairement".

- 16: Echec d'une marche des partisans de Ouattara sur la télévision d'Etat tenue par les forces pro-Gbagbo, qui ouvrent le feu: de 11 à une trentaine de morts selon les sources. Le QG de Ouattara est soumis à un blocus.

- 18: Gbagbo exige le départ "immédiat" de la mission de l'ONU (Onuci) et des forces françaises.

- 19: L'ONU dénonce des "violations massives des droits de l'homme" qui ont fait plus de 50 morts en trois jours (25 morts selon le camp Gbagbo). Le 23, une résolution du Conseil des droits de l'homme de l'ONU dénonce les "atrocités" commises après les élections.

- 20: l'UE décrète des interdictions de visa à l'encontre de Gbagbo et 18 proches. Les Etats-Unis font de même le lendemain. L'Onuci dénonce l'accroissement des "actes hostiles" du camp Gbagbo. L'ONU prolonge de six mois le mandat de sa force et avertit que les responsables d'attaques contre civils et Casques bleus seront traduits en justice.

- 21: le camp Ouattara appelle "à la désobéissance" à Gbagbo. Le secretaire général de l'ONU Ban Ki-moon évoque "un risque réel de guerre civile". Gbagbo se dit prêt à discuter avec Ouattara et la communauté
internationale. Gbagbo "ruse" et doit "partir", réplique le camp Ouattara.

- 22: France, Allemagne, Suède et Portugal appellent leurs ressortissants à quitter le pays.

Soro demande à la communauté internationale de déloger Gbagbo par la force. La Banque mondiale gèle les financements de la Côte d'Ivoire. Youssouf Bamba, désigné par Ouattara, est reconnu comme nouvel ambassadeur
par l'ONU.

- 23: Soro demande l'envoi d'une mission de la Cour pénale internationale (CPI).

Selon l'ONU, 173 personnes ont été tuées et 471 arrêtées entre le 16 et le 21 décembre.

Sept ministres des Finances de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) demandent à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) de n'autoriser que les représentants de Ouattara à gérer les
comptes du pays.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton exhorte Gbagbo à renoncer "immédiatement" au pouvoir.

- 24: La Cédéao menace d'user de la force pour chasser Gbagbo.

- 26: Gbagbo dénonce un "complot" de la France et des Etats-Unis pour l'écarter du pouvoir. Le lendemain, il met en garde contre le risque de "guerre civile".

- 27: Ouattara lance un appel à la grève générale, peu suivi, alors que ses partisans occupent pendant quelques heures l'ambassade à Paris.

- 28: les chefs d'Etats béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Koroma et cap-verdien Pedro Pires, arrivent à Abidjan pour une mission de la dernière chance: convaincre Gbagbo de céder le pouvoir et éviter une opération militaire des voisins de la Côte d'Ivoire.




_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep 2017 - 21:09