PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

La naissance du ZANGBETO

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

La naissance du ZANGBETO

Message par Admin le Mar 21 Juil 2009 - 14:02

En 1610, à la mort du Roi d'Allada, Roi des Fons, DE-KOPPON, ses trois fils : Te-ÀGBANLIN, MÈDJI et AHO DAKO-DONOU, voulant recueillir sa succession, se livrèrent une guerre acharnée. Mèdji, ayant, après un violent combat, défait ses deux frères, force fut à ces derniers de lâcher pied et de chercher refuge ailleurs pour ne pas être exterminés.

AHO Dako-Donou ayant réussi à quitter le territoire en traversant la Lama, il restait Te-Agbanlin, ses fils et ses partisans cernés de tous côtés par l'armée de MÈDJI, prête à les massacrer.

Que faire ? Continuer la lutte ? Impossible ! Se rendre ? C'était tomber de Charybde en Scylla, car Mèdji n'aurait eu aucun scrupule pour les mettre à mort, les exterminer.

C'est alors qu'un Prince chasseur appartenant à la dynastie des Davié-Hôlou du nom de PADONOU HENNOUKOU dit à Te-Agbanlin :

« Frère, ne t'inquiète pas, nous partirons d'ici sans coup férir, sans aucune difficulté. »

« J'ai trouvé un bon expédient. Tu n'as qu'à suivre exactement ce que je t'ordonne. »

II prit des bambous, en fit des cases coniques et portatives qu'il entoura de feuilles sèches de bananier. Au sommet de ces cases, il y avait des coussinets également en feuilles de bananier pour aider à les porter facilement sans blesser la tête. A la hauteur des yeux, il y avait des œils-de-bœuf, par où l'on pouvait, de l'intérieur, voir tout à l'extérieur.

A chaque côté, c'étaient des poignées permettant de faire mouvoir les cases à volonté. Muni d'une défense d'éléphant, Padonou HENNOUKOU entra dans l'une des cases, l'actionna en soufflant dans la défense d'éléphant. Une sorte de rugissement perceptible à plusieurs kilomètres et inspirant de la terreur retentissait. La troupe de Mèdji, croyant avoir affaire à des diables, à des démons, fut prise de panique et s'enfuit.

TE-AGBANLIN et sa suite, comme l'avait dit Padonou HENNOUKOU, purent passer la frontière sans coup férir, sans difficulté !

Le ZANGBÉTO était inventé et devait devenir plus tard, à PORTO-NOVO, un fétiche ayant pour fin la protection du Roi, de la ville et des habitants contre l'invasion des ennemis et contre tout malfaiteur.

Installation du Zangbéto à Porto-Novo. A SUIVRE


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 7:54