PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Présidentielle 2011 : Les non dits du choix de l’UNDP

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Présidentielle 2011 : Les non dits du choix de l’UNDP

Message par Admin le Mar 14 Déc 2010 - 11:15


Présidentielle 2011 : Les non dits du choix de l’UNDP



Depuis le week-end écoulé, à l’issue d’un conseil national, l’Union nationale pour la démocratie et le progrès (Undp) a décidé de rejoindre la coalition de l’opposition l’Union fait la nation (U.N.). Les réactions enregistrées après la médiatisation de cette décision donnent à croire que tout le monde ne partage pas cette décision. Mieux de nombreux observateurs notent que ce parti, héritage politique du président Emile Derlin Zinsou, a du mal à garder sa cohésion face aux sirènes de la transhumance et aux enjeux liés aux positionnements dans la perspective des élections législatives et présidentielle de 2011.


Au fur et à mesure que les élections législatives et présidentielles de 2011 s’annoncent, les acteurs de la vie politique nationale redynamisent leurs structures. C’est le cas de l’Undp qui, au terme de son septième conseil national tenu le samedi 11 décembre dernier au Codiam à Cotonou, a quitté de fait, l’Union pour la majorité présidentielle plurielle en signant son adhésion au sein du regroupement politique dénommé ’’Union fait la nation’’. En effet, face au contexte politique et socio-économique actuel de notre pays, les participants à ce conseil national ont émis quelques inquiétudes dont l’inexistence de lois électorales pour l’organisation à bonne date des élections législatives et présidentielle de 2011, la non installation de la Commission électorale nationale autonome pour l’organisation de ces scrutins, la non disponibilité de la Lépi, le non démarrage de l’étude du projet de budget général de l’Etat exercice 2011, le climat social national délétère caractérisé par des grèves en série.

Face à cet état de choses, des militants et des membres de la direction de ce parti politique ont constaté avec amertume que la politique de rupture souhaitée pour le Bénin n’a pas eu lieu dans le cadre du régime de Boni Yayi que le parti a décidé de faire son candidat au cours de son conseil national de janvier 2006. L’Undp, en conséquence, maintient la décision de son retrait de l’Union pour la majorité présidentielle plurielle et adhère au regroupement national Union fait la nation et décide de soutenir, pour l’avènement d’une politique de rupture au Bénin, Me Adrien Houngbédji, candidat de l’Un pour les présidentielles de mars 2011.

Mais cette décision suscite quelques observations. Au cours de ce conseil national, l’absence de l’ancien président de la République Emile Derlin Zinsou, qui fut le président fondateur de ce parti a été remarquée. Ayant officiellement cédé les rênes de son parti à la jeune génération, cet oiseau politique d’une espèce rare a toujours son mot à dire quant aux choix qui engagent l’avenir de cette formation politique qui lui est si chère. Ce qui intéresse ici, c’est que l’ancien président n’a pas cru devoir adresser un message de soutien aux participants à ce conseil national. Et les analystes de faire remarquer que lors de son dernier passage sur les ondes de la Radio France internationale, il a fustigé la procédure de mise en accusation de Boni Yayi engagée par l’U.N. au parlement… Par ailleurs, il a donné carte blanche à l’entrée de Claudine Prudencio au gouvernement, un peu comme pour se détacher de la guerre interne qui mine le parti et dont les protagonistes sont le député Ahossi, Anne Adjai Cica et Jeau-Claude Codjia notamment. Fait notable, l’honorable Dahissiho, le second député de l’UNDP était absent…

A la croisée des chemins

En 2006, un conseil national extraordinaire a choisi de soutenir Boni Yayi à l’élection présidentielle. Quelques mois après, les dissensions ont commencé par s’installer au sein de ce parti. Le 22 octobre 2008, l’honorable Basile Ahossi appelé au gouvernement, a rejeté l’offre. On croyait que le congrès national du 21 février 2009 à Bohicon avait permis aux membres de ce parti de resserrer les rangs dans la perspective de 2011, mais le 05 septembre 2009 à l’Infosec de Cotonou, l’honorable Basile Ahossi était face à la presse pour fustiger le non-respect des textes fondamentaux du parti et rejeter la décision de certains responsables du parti de faire de l’Undp, un parti membre de l’Union pour la majorité présidentielle plurielle (Umpp). L’Undp est aujourd’hui, un parti déchiré dont l’influence s’amoindrit ipsofacto.




_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Ven 21 Juil 2017 - 22:35