PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Le CNCA décortique l'émission "Face à Face"

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Le CNCA décortique l'émission "Face à Face"

Message par Admin le Ven 26 Nov 2010 - 14:09


Le CNCA décortique l'émission "Face à Face"





A quelques heures du face-à-face télévisé qui opposera ce soir à 21 heures, sur les antennes de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (Rti), Laurent Gbagbo, le candidat de La majorité présidentielle (Lmp) à Alassane Ouattara, du Rassemblement des républicains (Rdr), nous avons rencontré Frank Anderson Kouassi. Le président du Conseil national de la communication audiovisuelle (Cnca), a accepté de nous donner tous les détails de ce face-à-face inédit dans l`histoire politique de la Côte d`Ivoire.

Pour la première fois dans l`histoire de la Côte d`Ivoire, les Ivoiriens auront droit à un face-à-face télévisé entre les deux candidats arrivés au deuxième tour de l`élection présidentielle. A quoi doivent-ils s`attendre de façon concrète, M. le président?

Les Ivoiriens doivent s`attendre à une très belle surprise parce que, comme vous le dites vous-même, tout ce qui a été fait jusque-là dans le cadre de ces élections est une grande première. D`ailleurs, premièrement, la nature même de ces élections est quelque chose de nouveau parce que c`est vraiment pour la première fois en Côte d`Ivoire qu’il existe des élections qui mettent en compétition autant de candidats (14 lors du premier tour: Ndlr). Deuxièmement, ces élections interviennent à un moment de sortie de crise. Il était donc bon que nous qui avons en charge la gestion du volet communication de ce scrutin prenions des dispositions nouvelles qui s`adaptent aux exigences de la situation. C`est pour cette raison que nous avons mis en place toutes ces dispositions que nous avez constatées. Le face-à-face donc de ce soir est un peu l`aboutissement de tout ce processus. Cette émission spéciale mettra donc les candidats, l`un face
à l`autre, pour répondre aux attentes des populations à travers des questions qui leur seront posées par un journaliste.

Pouvez-vous évoquer l`organisation pratique de cette émission ?

Oui, bien sûr! Premièrement, hein...Excusez-moi (Visiblement très bousculé, après une longue réunion avec ses collaborateurs, il tire un document relatif à l`événement rangé dans l`un des nombreux dossiers posés sur son bureau. Puis, nous lit des extraits: Ndlr). Comme je vous le disais, c`est une émission qui va mettre aux prises deux candidats sur cinq thèmes majeurs : la politique nationale, l`économie, les problèmes de société, défense et sécurité, et enfin la politique étrangère. Ces cinq thèmes seront déclinés en sous-thèmes. Depuis hier déjà, nous avons transmis ces thèmes et sous-thème aux candidats qui sont d`ailleurs informés. Tout cela a été fait en accord avec leurs différents représentants auprès de la Commission nationale de débat et des émissions spéciales. Deuxièmement, le débat se déroulera dans l`un des studios de la Rti (Radiodiffusion télévision ivoirienne)

C`est, semble-t-il, le studio B, baptisé studio Marie-Thérèse Péchot, n’est-ce pas?

Oui, tout à fait ! Ce sera un débat qui va se faire debout. Les deux candidats seront l`un face à l`autre derrière un pupitre pendant 2 heures 15 minutes. Gouverner aussi, c`est cela! Il y a des défilés militaires qui durent trois voire, quatre heures, et les chefs d`État qui les président se tiennent debout. D`ailleurs vous constatez avec moi que la tendance aujourd`hui, c`est que lorsque les chefs d`État s`adressent à la nation, ils sont dans une position débout. Vous prenez depuis la Maison blanche (États-Unis) jusqu`à l`Élysée (France), en passant par des pays qui ont pour tradition la démocratie, c`est dans la position débout. Le Conseil a donc souhaité que ce débat se déroule de cette façon. Ils seront donc debout, l`un face à l`autre pendant 2 heures 15 minutes comme je vous le disais. Et au milieu d`eux, il aura un journaliste. Ils seront disposés de façon triangulaire. Le journaliste leur posera les questions de façon
alternée. Chacun disposera de trois minutes pour répondre à la question qui lui sera posée avec possibilité de répliquer à l`intervention de son adversaire. La position des candidats, par rapport au journaliste, sera tirée au sort et le mode de distribution de la parole aussi, pour désigner celui qui prendra la parole en premier. En gros, voilà le déroulement de l`émission.

Et qui sera le journaliste?

Il sera connu aujourd`hui (Jeudi 25 novembre 2010: Ndlr), soit à quelques heures de l`émission. (Mais selon un communiqué officiel du Cnca rendu public après notre entretien, Brou Aka Pascal a été le journaliste retenu par consensus).

Pourquoi toutes ces dispositions spéciales?

Nous voulons l`équité.

Le public pourra-t-il intervenir ?


Non, le public n`interviendra pas. La Commission nationale de débat et d`émissions spéciales a, en son sein, une commission technique qui a un comité technique qui a suffisamment travaillé pour ressortir ce qui peut apparaître comme les préoccupations essentielles des Ivoiriens. C`est tout cela qui sera ``malaxé`` dans un questionnaire dont les questions seront posées aux candidats.

La guerre intervenue en Côte d`Ivoire pourra-t-elle être l`un des sujet majeurs à ce débat?

Non, je ne dirai pas les choses comme cela mais il est clair que l`histoire récente de la Côte d`Ivoire sera évoquée. Nous sommes dans une crise, il faut bien qu`on parle de la guerre, on ne peut pas ne pas... (Rires). Il faut bien qu`on en parle. On ne peut donc pas avoir un débat pareil et occulter ce sujet. On dit bien: ``Élection de sortie de crise`` ça veut dire qu`on parlera absolument de la crise et de ses causes et de ses conséquences.

Une forme de débat politique à une élection présidentielle qui, selon des experts, sera une grande première en Afrique?

La Côte d`Ivoire ambitionne de rentrer dans la démocratie vraie et tout ce qui se fait autour de cette sortie de crise concourt à poser les jalons des démocraties des pays dits de grandes démocraties. Pour donc y parvenir, il y a des règles élémentaires à respecter. Pour nous donc, ce sont des éléments essentiels, ce sont des exigences essentielles que de donner une transparence totale dans l`organisation de la parole qu`on donnera aux candidats pour s`exprimer devant le peuple. Nous avons regardé ce qui se passe autour de nous et nous avons estimé que la Côte d`Ivoire mérite de rentrer dans le cercle, j`allais dire, très restreint des grandes démocraties dans le monde pour que nos enfants soient fiers de ce que leurs parents et aïeux ont laissé.

L`équipe technique de la Rti est-elle prête pour le grand rendez-vous de ce soir?


Tout est fin prêt. Au moment même où je vous parle, les derniers réglages sont en train d`être faits. Nous l`avons déjà fait dans le cadre des émissions ``Face aux électeurs``. Ce sera le même dynamisme qui animera l`équipe. Mais, permettez-moi de préciser une chose. Le public n`aura pas accès au studio. Seul le candidat et son aide de camp y auront accès. Les autres membres de leurs délégations respectives seront priés de rester hors du studio. Ils pourront suivre le débat dans le lieu de leur choix. Certainement qu`il sera réservé une salle spéciale pour ceux qui accompagnent les candidats qui ne seront pas admis à rentrer dans le studio. Car, je précise bien qu`il n`y aura que le candidat et son aide de camp qui auront droit au studio, ainsi que le journaliste, bien entendu. Mais également le superviseur du Cnca pour le contrôle des temps de parole. Moi-même qui vous parle je n`aurais pas droit au studio.

Pour terminer, jevoudrais dire aux Ivoiriens qu`ils doivent faire confiance à leurs Institutions. Personne, alors là, personne ne viendra valoriser nos institutions à notre place. Personne ne viendra valoriser nos lois à notre place. Si on appartient à un pays, on doit tenir compte du fait que dans ce pays, les choses sont organisés et il y a des institutions. Et chaque institution doit faire son travail dans le domaine de compétence qui lui a été déterminé par la loi. Et c`est cette mission que le Cnca, en tant qu`institution, s`est assignée.



_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Sam 23 Sep 2017 - 13:00