PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

L’artiste Gg Lapino : au sujet des polémiques sur sa personne :« Je n’ai jamais été incarcéré »

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

L’artiste Gg Lapino : au sujet des polémiques sur sa personne :« Je n’ai jamais été incarcéré »

Message par Admin le Ven 26 Nov 2010 - 13:48


L’artiste Gg Lapino : au sujet des polémiques sur sa personne :« Je n’ai jamais été incarcéré »





Artiste béninois, GG Lapino a marqué l’arène musicale dans les années 2003-2006. Sachant user des termes relatifs au sexe pour accrocher l’auditoire, les deux albums de l’artiste se sont écoulés sur le marché discographique comme de petits pains. Quatre années d’absence sur la scène musicale et le voilà avec un 3ème album qu’il s’apprête à lancer le dimanche 28 novembre prochain au Palais des congrès. Dans cet entretien GG Lapino répondre à certaines polémiques sur sa personne, notamment celle de sa supposée incarcération. Il confirme n’avoir jamais limé ses dents contre les barreaux d’une prison et explique que absence s’explique par sa participation à une formation musicale à Paris.

Une longue absence de la scène musicale. Qu’est-ce qui s’est passé ?

C’est comme d’habitude. Quand je sors un album, il faut prendre du temps et préparer celui qui va suivre. Donc j’ai pris du temps pour pouvoir bien le préparer afin de ne pas décevoir mes fans.

Cette réponse n’est pas convaincante puisqu’on ne te voyait sur aucune manifestation. La main sur le cœur, dis-nous où tu t’es caché.

Oui vous avez raison. Je n’étais pas à Cotonou. Je suis allé à Paris faire une école de musique et perfectionner ma carrière. J’ai fait 3 ans dans une école de musique dont je préfère taire le nom.

Ces études ont consisté en quoi concrètement ?

J’ai eu quelques notions sur la manière de chanter pour accrocher l’auditoire. Naturellement, nous les Africains, nous avons le don de chanter mais on ne sait pas toujours comment s’y prendre. Moi je suis parti surtout pour apprendre à mieux chanter.

Est-ce une initiative personnelle ou une invitation ?


Je suis parti de mon propre gré, parce que la musique m’a choisi et je compte lui rester fidèle.

Il y a eu tellement de polémiques pendant que tu étais absent. Il paraît que tu étais en prison parce que tu aurais commis un crime. Est-ce vrai ?

Moi, ces rumeurs ne m’ont pas dérangé. Vous savez pourquoi ? Je ne suis pas le premier à qui cela arrive. Un homme public est soumis à toutes sortes de critiques. Il faut s’attendre à tout.

Mais pourquoi n’avoir pas démenti ? Parce que dans le temps, ces rumeurs ont pris une grande envergure.

Je l’ai fait sur certaines stations de radio. J’ai eu à appeler l’animateur Dah Hwahé sur Capp Fm sur une émission en direct. Pourtant, les gens continuent de dire que je suis un délinquant et qu’on m’a jeté en prison. Qu’est-ce vous voulez ? (l’air un peu embarrassé). Moi, je sais que je n’ai jamais mis pied dans une cellule de prison. J’ai quitté le pays pour une formation et aujourd’hui, je suis ravi des fruits de cette initiative.

Pourquoi alors tant de polémiques sur ta personne.

Je ne saurai le dire. C’est juste des manœuvres pour salir ma réputation ?

C’est peut-être à cause de ton look.

(Eclat de rire) Quel look ? Mais je m’habille comme tout artiste. Je ne suis pas le premier à le faire. C’est la réalité de notre pays. Quand tu commences par émerger, on te colle une sale étiquette pour te détruire. Si ce n’est pas la drogue, c’est autre chose. Mais ils n’y parviendront pas.

Donc tu n’as rien à te reprocher.


Rien du tout. Les gens sont allés jusqu’à dire que tu es un bandit.

(Rire) Comme ils ne m’ont jamais vu braquer quelqu’un, j’en suis fier.

Dans tes chansons, tu fais beaucoup allusion au sexe. Pourquoi ?

J’ai été choisi comme un messager. Maintenant quand tu chantes les choses qui se passent quotidiennement, il faut aussi user de certains termes pour faire rigoler le public. En plus ça fait plaisir d’écouter.

On dirait que tu oublies que les enfants aiment bien ce que tu fais et fredonnent aussi ces chansons sans savoir de quoi ils parlent.

Je vais vous expliquer quelque chose. Les enfants chantent mais ils ne comprennent pas grand chose. Mais ce sont les parents qui les poussent à connaître le vrai contenu de la chanson. A force de leur dire « Pourquoi tu fredonnes cette chanson, qui te l’a apprise, je ne veux plus l’entendre », ils iront chercher à savoir pourquoi on le leur interdit.

Oui mais si un enfant chante le sexe quelque part, il n’honore pas ses parents, parlant d’éducation.

Mais moi j’ai remarqué que les gens aiment bien ces termes que j’utilise. Je ne vois pas pourquoi je vais arrêter de le faire. En plus, le sexe est quelque chose qu’on ne doit plus mettre de côté. Il n’y a plus de sujet tabou. Il faut toujours en parler aux enfants et arrêter d’être hypocrite. La vie d’aujourd’hui nécessite beaucoup de communication sur le sexe. On ne peut pas demander à un enfant d’aller faire des bêtises, mais il faut qu’il soit informé afin qu’il ne soit exposé aux nombreuses maladies liées au sexe.

Après trois ans de silence, qu’est-ce que tu proposes au public ?

Un album intitulé « J’irai loin ».

Pourquoi avoir choisi ce titre ?

C’est tout juste pour dire à mon public que l’aventure vient de commencer. Il me reste encore du chemin à faire dans le domaine musical. Puisque je dois mieux travailler pour mériter leur confiance. Ce n’est pas parce qu’ai connu le succès deux fois que je ferai la grosse tête. En plus, avec mes études à Paris, j’ai appris beaucoup de notions que j’ignorais. Je dois redoubler d’effort, travailler pour faire la fierté de mon pays.

Combien de titres comporte l’album ?

C’est un opus de 12 titres.

Peux-tu nous les faire connaître ?

Non je préfère laisser les mélomanes découvrir les différentes chansons le jour du lancement c’est-à dire le dimanche.

Comme tu refuses de nous dire les titres, quels sont alors les rythmes qui y sont exécutés ?

C’est comme d’habitude. Pratiquement le même style musical. Le reggae, le ragga traditionnel à ma manière. Mais il y a eu quelques changements et je laisse le public découvrir.

Et quelle est la particularité de cet album ? Est-ce que le public va découvrir un autre Gg Lapino ?

Je ne dirai pas un autre Lapino. C’est toujours le même. Mais parlant de la qualité des sons, il y a plus de perfectionnement. Mais je préfère les laisser écouter.

Comment se prépare cette cérémonie de lancement que tu annonces époustouflante ?


Ça se prépare bien. Pour moi, c’est une fête que je suis en train d’organiser. J’invite ceux qui m’aiment à venir me soutenir. Je serai content d’être en contact avec le public. Ces moments m’ont beaucoup manqué.

Qu’est-ce que tu leur réserves ?

Ce sera un show de Lapino jamais vu. Je serai avec mes chorégraphes et la fête sera belle.

Est-ce un spectacle live ?

Non. C’est un play-back

Avec toutes ces expériences acquises, tu devrais plutôt faire une prestation live.

Oui mais les appareils qu’il faut utiliser pour que cela soit une réussite, et pour que le public le ressente comme il le faut, je n’ai pas encore la possibilité de les prendre.

Y-a-t-il d’autres artistes qui vont t’accompagner sur scène ?

Oui mais je préfère taire leurs noms. Ce sera une surprise. C’est des artistes en herbe que j’ai eu à produire, parce que j’ai une maison de production dénommée 2Gl Production située à Godomey.




_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Lun 23 Oct 2017 - 22:16