PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Cinquantenaire des indépendances africaines Un symposium d’exclusion, des millions gaspillés pour rien

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Cinquantenaire des indépendances africaines Un symposium d’exclusion, des millions gaspillés pour rien

Message par Admin le Lun 22 Nov 2010 - 9:50


Cinquantenaire des indépendances africaines : Un symposium d’exclusion, des millions gaspillés pour rien




En décidant de faire tenir à Cotonou un symposium sur les 50 ans d’indépendance de l’Afrique, les organisateurs de ce forum, a priori, avaient de bonnes raisons de réunir les gens pour discuter sur l’état de développement du continent. Mais à y regarder de près, cette messe qui a connu son épilogue le samedi dernier au Palais des congrès de Cotonou, on peut crier à l’exclusion et au gâchis.


Le symposium qui a pris fin à Cotonou le samedi dernier n’apportera rien de concret au développement de l’Afrique et du Bénin. Comme d’habitude, on a assisté à un rapport général suivi des recommandations. Inutile de dire que ces derniers seront vite rangés dans les tiroirs. Folklore, gâchis et exclusion, les mots résonnent d’eux-mêmes pour apprécier ce symposium qui n’apporte absolument rien au développement de l’Afrique.

En effet, au lieu de faire participer au symposium des gens fatigués, retraités, impliqués peu ou prou à l’état calamiteux de l’Afrique et du Bénin, on aurait dû inviter en grand nombre les jeunes et leur dire de se prononcer sur le passé, le présent et le devenir de l’Afrique et de leurs pays respectifs compte tenu du fait que la moyenne d’âge des participants à ce symposium de Cotonou est d’environ cinquante ans.

Pour parler du devenir du continent africain, on ne peut qu’associer en majorité les jeunes. Ce qui n’a pas été le cas à Cotonou. Un coup d’œil dans le programme dudit symposium et l’on découvre avec effarement que c’est seulement la cinquième journée qui a vu transmettre le message des jeunes. Un vrai scandale !

Autres choses…

Combien coûte le symposium sur les 50 ans d’indépendance africaine au contribuable béninois ? A cette question, l’on avancera sans hésiter comme réponse, des millions de francs si l’on s’en tient au cadre du forum, et ses volets préparation de l’événement, transport, accueil hébergement, restauration, équipement, matériel.

En ce temps de cherté de la vie, de crise économique et de morosité ambiante dans la majorité des pays africains, bon nombre de personnes ont des raisons de s’exclamer un symposium pour quoi faire ? Leur tristesse et angoisse semblent être fondées dans la mesure où la plupart des participants et des organisateurs à ce forum, sont des gens occupants de grands postes ou des fonctions importantes avec à la clé, de fortes rémunérations. Ministres, députés, hauts cadres ou non, personnes ressources, invités, retraités, etc. Ce sont des personnes à l’aise, c’est-à-dire, qui vivent, mangent, logent, respirent, voyagent, bouffent, bien, très bien et que Dieu voit tous les jours vivre une vie de farniente comme on le dit. Pis, parmi eux, retraités ou pas, il y en a qui ont une grand part de responsabilité dans l’état de pauvreté de leur pays respectif contre qui, consciemment ou non, ils ont comploté, bouffé, mal géré, rien fait, etc. Comme exemples, il suffit de suivre les comptes rendus dudit symposium à la radio, à la télé ou dans les journaux, sur Internet pour voir les faciès ou noms de ces gens là qui ont fait du mal à leur pays, au continent ou qui continuent de le faire.

Gâchis d’argent, le mot n’est pas fort, pour stigmatiser ce symposium soi-disant de réflexion sur les 50 ans d’indépendance africaine. Et si l’on devait dire que ce n’est pas tout le monde qui a pu fêter convenablement la Tabaski sur le continent, faute d’argent pour avoir un mouton, c’est dire que ce symposium n’en n’est pas un. On se demande pourquoi organiser pareil forum alors que l’Afrique souffre de médecins, d’énergie électrique, de voies, d’enseignants, de Lépi consensuelle ou de mode de scrutin électoral valable ou satisfaisant, de cadres intègres ou de développement. Les questions qui préoccupent en ce moment les Africains, c’est l’avenir et non le passé sur lequel on se presse à coups de millions, de réfléchir après avoir participé au désordre.



_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Sam 23 Sep 2017 - 12:55