PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

LE COMMUNIQUE DE PRESSE DE NOBILO

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

LE COMMUNIQUE DE PRESSE DE NOBILO

Message par Admin le Ven 5 Nov 2010 - 8:51





Football-Démission du sélectionneur des Ecureuils : Les révélations de Nobilo qui accablent la FBF et le ministère des sports (Lire son communiqué de presse et son interview exclusive)

Nobilo part comme il est arrivé

C’est sur une chaîne de radio étrangère que les Béninois ont appris que Jean-Marc Nobilo est devenu sélectionneur national du Bénin. C’est encore la même radio qui les a informés du départ du technicien français. Nobilo a fait ses valises un peu comme il les a posées à Cotonou. Présenté à la presse au cours d’une conférence plutôt sulfureuse, il a pris fonction à la tête des Ecureuils le 03 août 2010 exactement. Le recrutement de l’ex sélectionneur national s’est fait en catimini par l’aile majoritaire du Comité exécutif de la Fbf qui s’est constituée en face de Moucharafou Anjorin. Le processus de recrutement d’un sélectionneur national lancé par la Fbf a été écourté à mi-parcours. Etienne Kossi a certes refusé d’entériner le choix unique du Brésilien à lui imposé mais qu’à cela ne tienne, il fallait à la Fbf, revoir sa copie en proposant comme le veut la tradition une liste de trois prétendants à la nomination au nouveau ministre. Nobilo ne fait pas partie des 19 entraîneurs ayant manifesté la volonté de tenir les rênes des Ecureuils. C’est par pur favoritisme qu’il a été retenu. La presse sportive a fortement critiqué ses états de service qui n’indiquaient aucune expérience véritable avec une sélection A. L’ancien entraîneur du Havre a certainement de la compétence à vendre. Mais puisqu’il a atterri au Bénin en faisant le mur, Il ne devrait pas s’étonner d’être contraint à quitter le pays en passant par la fenêtre.

Qui remplacera Nobilo ?

Le Bénin est aujourd’hui obligé de se lancer à la recherche d’un nouveau sélectionneur national. Il y a longtemps que les locaux ont tous révélé leurs limites. A part Alain Gaspoz et Moussa Latoundji, tous les autres sont du déjà vu. Ils ont tous le défaut de n’avoir jamais été footballeur dans un environnement professionnel comme ils ont tous révélé leur manque de caractère. Des carriéristes qui tremblent à la moindre secousse, de peur de perdre leurs postes. Confier la destinée des Ecureuils à l’un quelconque de ses techniciens béninois signifierait que les responsables fédéraux nieraient aux Ecureuils toute chance de qualification. Or, depuis la victoire de Kigali, toute l’opinion sportive béninoise s’est remise à espérer d’une présence du Bénin à la Can 2012. Sébastien Adjavon qui règne sur le Comité exécutif de la Fbf ne voudra d’ailleurs pas faire confiance à un entraîneur local. Le Comité exécutif de la Fbf qui se réunit demain sera obligé de délibérer sur une option. Fortuné Glèlè, le sélectionneur national adjoint sera certainement chargé d’emmener la troupe au Niger. Mais après, il lui faudra céder le fauteuil. Les Ecureuils ne renoueront avec les matches des éliminatoires que le 3 mars 2011. La Fbf aurait largement eu le temps de recruter un autre sélectionneur national. Ainsi une grande bataille s’annonce encore autour de cette entreprise. Anjorin bien que réduit en minorité ne s’avouera pas vaincu. Il tentera de manœuvrer pour irriter Sébastien Adjavon. De quoi raviver la rivalité entre les deux hommes.

Nobilo annoncé en Côte d’Ivoire ?

France Football croit connaître le point de chute de Jean-Marc Nobilo. Le tabloïd français a révélé que c’est en fait Jacques Anouma, le Président de la Fédération Ivoirienne de Football qui a arraché le sélectionneur démissionnaire au Bénin. Jean-Marc Nobilo serait recruté pour occuper les fonctions de Directeur technique national en Côte d’Ivoire, en lieu et place de Yéo Martial. ‘’Yéo la science ‘’ qui est devenu une icône du football ivoirien après avoir réussi à remporter la Can 1992, avec les Eléphants, serait mis sur la sellette depuis des mois par Jacques Anouma. Les misères faites à Nobilo au Bénin auraient fait donc les affaires de la Côte d’Ivoire. Le Français a aussi réussi à cacher son jeu puisqu’il s’est victimisé au cours de l’entretien qu’il a accordé à notre confrère Rfi en déclarant qu’il lui serait difficile de trouver un autre banc, c’est-à-dire un autre employeur en ce mois de novembre. Peut-être qu’en chat échaudé qui craint l’eau froide, Nobilo attend de signer son contrat avec la Fédération ivoirienne de football pour être vraiment sûr d’avoir trouvé un autre point d’attache.



Entretien avec Jean-Marc Nobilo : « Au Bénin, on veut des résultats sans donner un minimum de moyens »


Jean-Marc Nobilo quitte ses fonctions de sélectionneur du Bénin trois mois seulement après son arrivée. L’entraîneur français invoque l’absence d’un contrat de travail au micro de RFI. Il laisse donc les Ecureuils avant une double confrontation avec la Côte d’Ivoire en éliminatoires de la CAN 2012.

Jean-Marc Nobilo, confirmez-vous votre démission du poste de sélectionneur de l’équipe du Bénin ?

C’est un départ, pas une démission. Pour démissionner, il faut avoir un contrat de travail. La Fédération et le Ministère ne m’en ont pas fait signer alors que j’ai commencé mon travail avec l’équipe A, le 3 août dernier. Je me suis aussi investi auprès des locaux et des moins de 23 ans pour préparer le tournoi de l’UEMOA qui doit avoir lieu au Niger. C’est avec beaucoup de déception que je quitte cette fonction, mais l’ensemble des conditions prévues au départ n’ont pas été réunies. De plus, trop peu de moyens ont été mis à ma disposition pour préparer le Bénin en vue de la CAN 2012.

Avez-vous tenté d’améliorer la situation en discutant avec les autorités béninoises compétentes ?


Bien sûr ! Après la victoire 3-0 au Rwanda, j’avais expliqué à mes dirigeants, à M. le Ministre, M. le Président de la Fédération et M. le Président de la Ligue professionnelle, qu’on ne pouvait pas continuer comme ça, que j’allais rentrer en France. Et on m’avait donné des garanties par téléphone. Pour vous donner un exemple, ça fait trois mois que je réclame un bureau pour travailler. C’est une demande basique pourtant... Quand je suis revenu au Bénin, la semaine dernière, pour préparer l’UEMOA, on m’a fait une proposition de contrat qui n’avait rien à voir avec ce qui était prévu en juin/juillet. A partir du moment où les gens vous montrent aussi peu de respect et de considération, ça ne sert à rien d’insister. Par contre, cette situation me désole parce que le Bénin est toujours en course pour la qualification en CAN 2012. Ce 3-0 au Rwanda nous place en bonne position. J’ai intégré au groupe huit joueurs de 19 à 21 ans, conformément à ce qu’on m’avait demandé pour promouvoir les locaux. J’ai rencontré des joueurs de grande qualité comme Stéphane Sessegnon, Khaled Adénon, Romuald Bocco et Damien Chrysostome. C’est vraiment dommage, car je tenais à avoir une expérience avec une sélection A africaine. Mais c’est ainsi et il va falloir se remettre sur le marché de l’emploi en Europe. Au mois de novembre, ce n’est pas évident de trouver un banc.

A quels niveaux, les manquements étaient les plus flagrants ?

Je n’ai eu aucun match amical pour préparer la rencontre face au Burundi. J’ai tenté d’organiser une rencontre le 17 novembre. Ça me semblait important de réunir les joueurs avant la double confrontation contre la Côte d’Ivoire (4e et 5e journées des éliminatoires de la CAN 2012, les 25-27 mars et 3-5 juin, Ndlr). J’avais demandé à ce qu’on joue contre le Sénégal ou le Mali pour avoir des adversaires très costauds. Au Bénin, on veut des résultats sans donner un minimum de moyens.

Avez-vous été payé tout de même ?

Oui, par le Président de la Ligue professionnelle. Il a avancé mon salaire sur ses deniers personnels. Je regrette cette situation. J’avais déjà des expériences à l’étranger : au Liban, aux Emirats arabes unis, à Maurice, à la Réunion même si c’est un département français. J’étais très motivé pour faire de la formation de jeunes joueurs et de cadres avec le Bénin.

Source : Rfi

LE COMMUNIQUE DE PRESSE DE NOBILO

J’ai l’honneur de vous informer que je quitte définitivement mes fonctions de sélectionneur A du Benin et ceci pour des raisons expliquées par courrier ou par entretien à : Monsieur Kerekou, ministre des sports Monsieur Anjorin président de la fédération de football du Benin Monsieur Ajavon , président de la ligue professionnelle Je souhaite particulièrement féliciter Monsieur Ajavon, président de la ligue pro pour le travail remarquable effectué au niveau de la ligue PRO et du CIFAS avec son équipe d’éducateurs et d’administratifs et pour le respect de ses engagements à mon égard. Je tenais à remercier l’ensemble du staff de la sélection pour sa fidélité et son investissement ainsi que les joueurs et en particulier les 3 capitaines de la sélection Sessegnon , Chrysostome et Boco qui ont été excellents dans leur état d’esprit. Je laisse l’équipe nationale avec 4 points sur 6 possibles dans la course à l’objectif et après une victoire 3-0 sur le Rwanda qui reste le meilleur résultat de la sélection A à l’extérieur sur les 10 dernières années. Je souhaite bonne chance au président Anjorin, à son équipe et au public très passionné et supporter pour la qualification à la CAN 2012.

Le 30 octobre 2010

Amicalement

JEAN MARC NOBILO




_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû 2017 - 13:44