PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Présidence de l’Association des Médiateurs de l’Uemoa :Les dessous de la reconduction de Tévoédjrè

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Présidence de l’Association des Médiateurs de l’Uemoa :Les dessous de la reconduction de Tévoédjrè

Message par Admin le Lun 11 Oct 2010 - 10:44




Présidence de l’Association des Médiateurs de l’Uemoa :Les dessous de la reconduction de Tévoédjrè




Le professeur Albert Tévoédjrè a été reconduit le samedi 09 octobre 2010 à la tête de l’Association des Médiateurs de l’espace Union monétaire ouest africaine (Uemoa) à l’issue de la deuxième assemblée générale de la structure. Le succès plus qu’un simple jeu diplomatique, cache bien de réalités en ce moment où nombre d’Etats membres de l’association préparent des élections à haut risque.

Le Renard de Djrèrègbé succède à lui-même à la tête de l’Association des Médiateurs de l’espace Uemoa. Pour certains, c’est l’heureux aboutissement d’une rude machine diplomatique gérée de main de maître en personne par le Professeur Albert Tévoédjrè. Pour le Médiateur de la République du Mali Mme M’Bam Diatigui Diarra par contre, à l’unanimité, le groupe a simplement estimé qu’il faut laisser le temps au Renard de Djrèrègbé pour gérer le reste des dossiers en instance avant une régularisation de la situation un peu plus tard. Surtout qu’il reste bien des pays de l’espace Uemoa qui ne disposent pas jusque-là d’un cadre légal en vue de la mission de bons offices et d’intermédiation entre leurs citoyens et l’administration. Selon les recommandations, une mission serait même prête à aller auprès des autorités nigériennes pour plaider en faveur de la restauration de l’institution de médiation dans ce pays, membre de l’Uemoa. Mais, au-delà des bien-fondés de toutes ces considérations, il faut remarquer qu’il reste encore à faire pour que les organes de médiations retrouvent les vraies légitimités. Mieux, dans l’espace Uemoa même, tout n’est pas encore rose et certaines préoccupations sensibles tardent à trouver de solutions. C’est le cas par exemple de la question de libre circulation des personnes et des biens qui tarde à devenir une réalité. Idem pour l’harmonisation des frais et de droit de scolarité universitaires dans les Etats-membres. En effet, l’Uemoa avait depuis un bon moment exigé un même taux d’inscription dans les écoles et autres universités dans ses Etats-membres. Mais des mois plus tard, l’application de cette réforme pose d’énormes difficultés et on est encore au statut quo. La situation concerne également la gestion des affaires économiques qui oblige les Etats-membres à appliquer un même droit d’installation d’entreprises qu’on soit au Bénin, au Niger, en Côte-d’Ivoire, au Sénégal, au Mali etc. Et puis, presque tous les Etats-membres de l’association traversent actuellement une situation politique critique avec des élections à hauts risques entre 2010 et 2013. Si toutes ces préoccupations ont du mal à être mises en route et la paix collective se détériore au jour le jour, d’autres grands projets du genre sont restés également à l’étape des intentions. Parce que les Etats jaloux de leur souveraineté, ne veulent pas bouger. C’est pour cette raison que l’Association des Médiateurs s’est saisi du dossier et veut profiter de sa légitimité, de son influence et de son indépendance vis-à-vis des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire pour contourner les blocages. Et pour y parvenir, il faut à la tête de l’association un homme suffisamment fort, patient, jouissant de bien d’autres atouts pour faire évoluer les négociations. A ce titre, le professeur Albert Tévoédjrè qui vient de boucler un mandat bien réussi à la tête de l’association paraît le mieux en vue pour faire bouger les choses. Mieux, il dispose du meilleur carnet d’adresses dans le groupe, jouit d’une intéressante expérience diplomatique et a le contact facile. Son parcours politique, intellectuel ses relations personnelles et son courage lors de certaines prises de positions constituent les repères qui ont obligé ses autres collègues à sursoir à leurs ambitions légitimes pour le reconduire à la tête de l’association. Et puis, il y a son âge. C’est en effet le plus ancien de tous les autres médiateurs de l’espace et ses résultats en quelques mois d’exercice à la tête du groupe du Bénin lui confèrent une certaine prééminence dans la gestion des médiatures. Dans les couloirs de la préfecture de Porto-Novo après sa reconduction, on dit d’ailleurs que le professeur Albert Tévoédjrè est une école et tous les autres Médiateurs de l’espace Uemoa ont dû se mettre ensemble pour en profiter dans l’intérêt supérieur de leurs Etats respectifs.




_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 1:24