PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

L’intégrité du territoire national menacée

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1565
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

L’intégrité du territoire national menacée

Message par Admin le Mer 8 Juil 2009 - 16:31

Les menaces sur l’intégrité du territoire national béninois viennent de toutes parts. Après le conflit frontalier avec le Niger au sujet de l’île de Lété, un autre a failli éclater entre le Bénin et le Burkina-Faso. Et comme si cela ne suffisait pas, c’est une dizaine de localités du Nord-est béninois qui risquent d’être annexées par le Nigeria tandis que la mer menace dangereusement les populations du sud.
(Photo Armand Zinzindohoué, ministre de l'intérieur)

Le Bénin restera-t-il encore pendant longtemps un Etat ? La réponse à cette question n’est pas aisée. Car, même si les autorités politico-administratives se battent des pieds et des mains pour sauvegarder l’intégrité du territoire national, il y a lieu de s’inquiéter sur la souveraineté de l’Etat béninois. En effet, pour se réclamer Etat, toute communauté humaine doit bénéficier d’une superficie, d’une population et d’un pouvoir politique organisé.

Si le Bénin peut se targuer de jouir des deux derniers attributs d’Etat, en ce qui concerne le tout premier, rien n’est moins sûr. S’il y a quelques décennies de cela, notre voisin de l’Ouest, le Togo avait vainement manifesté des appétences sur une partie de la commune de Djidja, au Nord-est, c’est le Niger qui a fini par nous arracher l’île de Lété, une portion de terre très propice aux activités économiques. Tandis que tout récemment le voisin du Nord-ouest, c’est-à-dire le Burkina-Faso avait commencé par lorgner un autre village béninois au nord de Tanguiéta, c’est le grand de l’Est qui ne va pas de mains mortes pour envahir plusieurs localités au Nord-est. Et comme si ces actions qui sont le fait des humains ne suffisaient pas, c’est dame nature qui s’y mêle en s’acharnant contre notre pays au sud avec l’avancée vertigineuse de l’Océan Atlantique qui ne ménage ni les populations d’Akpakpa (quartier au sud-est de Cotonou) ni celles de Djondji (commune de Ouidah). A cette allure et malgré les pourparlers engagés par les autorités béninoises avec leurs homologues des pays concernés, il faut craindre pour la sauvegarde de l’intégrité du territoire national. En effet, aujourd’hui, il est difficile de dire avec exactitude quelle est la superficie du Bénin. Des 112 600 Km2 que mesurait le pays, on se sait pas ce qui en est resté avec l’avancée de la mer, la cession de l’ile de Lété au Niger et surtout ce qu’il en restera à l’issue des différends avec le Nigeria. Au fur et à mesure que les années passent, le Bénin perd de sa souveraineté.

Cet état de choses serait malheureusement dû à la léthargie des régimes précédents qui n’ont pas su matérialiser à temps la présence de l’Etat dans les localités objet de litiges. Il semblerait que depuis toujours, les représentants de l’Etat ne se sont pas souvent préoccupés de la sauvegarde de l’intégrité territoriale, passant le plus clair de leur temps dans des calculs politiciens aux relents individualistes et bassement matériels, au lieu d’ériger ici, une école, là un centre de santé et là-bas une brigade de gendarmerie. Tous les gouvernements qui se sont succédé à la tête de l’Etat de 1960 à 2006 sont équitablement comptables de cette situation. Quant au gouvernement du changement, il n’est pas moins concerné même s’il en a hérité. L’Etat étant une continuité, les autorités à l’ère du changement doivent s’impliquer résolument en vue d’aboutir à un dénouement en faveur du Bénin dans le règlement des litiges en cours. Au même moment, elles doivent recenser et mettre en valeur, toutes autres localités appartenant au Bénin mais susceptibles de faire l’objet de nouveaux litiges.

C’est à cette seule condition que l’action nocive conjuguée de la nature et de nos voisins ne fera pas un jour disparaître notre pays de la carte de l’Afrique et du monde.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Dim 23 Sep 2018 - 6:09