PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

La preuve que le gouvernement a collaboré avec ICC et consorts

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

La preuve que le gouvernement a collaboré avec ICC et consorts

Message par Admin le Jeu 26 Aoû 2010 - 10:23


La preuve que le gouvernement a collaboré avec ICC et consorts



Le gouvernement, dans sa ligne de défense a toujours nié, jusqu’à ce jour, avoir officiellement collaboré ou eu de contacts avec les structures illégales de placement d’argent. Mais au fur et à mesure qu’évolue ce dossier, des faits nouveaux surgissent, tels des épisodes encore plus troublants, pour en faire un malheureux feuilleton. Rebondissement, avec la correspondance N° 1-076/SG/SSPCAS/DS/SP/-C du 20 novembre 2009 signée du Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau.

Une des preuves que le gouvernement du changement était bel et bien au courant de l’existence et des activités de ces sociétés de placement d’argent est la correspondance N° 1-076/SG/SSPCAS/DS/SP/-C du 20 novembre 2009 signée du Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau. Cette lettre est la preuve, non seulement de la connaissance de ces structures, mais aussi et surtout de ce que le gouvernement a collaboré avec elle aux plans matériel et financier.

Par cette correspondance en effet, le Préfet s’est adressé aux Responsables des Agences de BANK OF AFRICA, DIAMOND BANK, CONTINENTAL BANK, FINANCIAL BANK, ECOBANK, BANK ATLANTIC, BIBE, VITAL FINANCE, ICC/SERVICES, PADME, PAPME, CLCAM et SURAM-ANGEL. L’objet était relatif à la " Sécurisation des institutions bancaires ". Le Préfet y disait qu’il déférait aux instructions du Ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire et suite aux recommandations issues de la séance de travail tenue avec ces institutions financières, le mardi 17 novembre 2009.

Le Préfet leur fait remarquer que des dispositions ont été prises pour déployer des forces de l’ordre dans les zones stratégiques et pour assurer la sécurité de toutes les institutions bancaires et financières exerçant dans les Départements de l’Ouémé et du Plateau du lundi 23 novembre 2009 au samedi 28 Février 2010 inclus et que le coût global des opérations est évalué à neuf millions cinq cent vingt mille (9.520.000) FCFA et seront à la charge des institutions répertoriées.

C’est pourquoi, il leur demande de bien vouloir apporter à la Préfecture de Porto-Novo leur contribution financière en vue de la réussite desdites opérations.


Constats et questions


Du contenu de cette correspondance, on peut faire quatre constats.

1-le gouvernement savait que ICC Services et Suram Angel (tout au moins les deux-là) existaient et opéraient.

2-le gouvernement reconnaît - ou a constaté en tout cas - que ces sociétés fonctionnaient comme des établissements financiers, au même titre que les banques.

3-le gouvernement a établi un plan de protection sécuritaire qui prend en compte ces structures illégales.

4-le gouvernement a même (et c’est le plus grave) demandé une contribution financière à ces établissements financiers, dont ICC Services et Suram Angel.

On peut donc se poser légitimement les questions suivantes, suite à ces constats :

1-le gouvernement peut-il continuer à dire qu’il n’était pas au courant de l’existence de ces sociétés illégales alors qu’il leur a envoyé une correspondance officielle par le biais d’un Préfet ?

2-comment le gouvernement a-t-il pu assimiler ces structures illégales aux établissements financiers, alors qu’aucun agrément ne leur avait jamais été donné ?

3-dans ces conditions, les citoyens avait-ils tort ou raison de faire confiance à ces structures illégales en y déposant massivement leurs épargnes qui dépassent déjà les 70 milliards FCFA, selon les résultats provisoires du recensement des déposants ?

4-le gouvernement a-t-il, oui ou non obtenu ces contributions financières de ICC Services et Suram Angel ? Des proches de " Tégbenou le célèbre " laissent entendre qu’il a pu en être ainsi.

Autant de constats et d’interrogations qui font que le gouvernement aura grand mal à se blanchir dans ce dossier d’une part, et que les observations d’une certaine partie de la classe politique et des syndicalistes sont à ne pas balayer du revers de la main d’autre part. Voici quelques propos tenus récemment à ce sujet, sur le fait que le gouvernement ne peut pas ne pas savoir que ces structures existaient et qu’il est aussi responsable du drame que vivent les épargnants.


Des faits et observations qui concordent


Bruno Amoussou disait, lors de la dernière sortie de l’Union fait la Nation que " le Chef d’Etat (élu parce qu’il était reconnu entre autres comme un spécialiste des questions financières) et son gouvernement, par leur complaisance, leur négligence et leur caution de toute nature, ont permis à ce système de ruiner leurs concitoyens…La promotion de l’image des dirigeants d’ICC-Services par le gouvernement constitue un acte suffisant d’accusation pour qu’il soit nécessaire d’en rajouter…Bien des victimes affirment n’avoir succombé à la tentation qu’à cause de l’attitude des plus hautes autorités de notre pays….D’autres encore ont été impressionnés par la présence constante de membres du gouvernement aux séances de "générosité " des escrocs, manifestations au cours desquelles les ministres vantent les "qualités" de leurs hôtes. Ils les présentent comme des citoyens modèles, à suivre, et comme des personnalités de confiance et leur tressent des couronnes de louanges… "

Les responsables des centrales syndicales, lors de leur dernière sortie médiatique ont aussi relevé que " dans ce sale dossier d’escroquerie, la responsabilité ne peut en aucun cas être collégiale, sinon c’est tout le monde qui sera embastillé. Le gouvernement qui est bien informé que les responsables de ICC Services avaient déjà opéré en Côte d’Ivoire et certainement sous d’autres cieux avant de débarquer dans notre pays pour installer leur machine d’escroquerie aux fins d’écumer les populations a laissé faire consciemment ou inconsciemment…L’affaire ICC Services révèle donc au grand jour la duplicité du gouvernement avec une structure illégale de collecte d’épargne qui a mis en péril notre système économique et créé ainsi la désolation dans de nombreux foyers déjà confrontés aux effets pervers d’une crise capitaliste mondiale qui sévit depuis plusieurs années et dont la fin n’est pas pour demain…Dans cette affaire dolosive, savamment planifiée, le gouvernement dit du changement doit faire un effort de discernement en évitant de faire des amalgames et ne pas mettre les initiateurs de cette opération frauduleuse, les autorités qui les ont couverts et les victimes innocentes dans le même sac ".

Tout ceci est bien corroboré par le gouvernement lui-même, puisque dans la correspondance envoyée au Parlement pour justifier la demande de mise en accusation de l’ex ministre de l’Intérieur, le gouvernement disait ceci : " …Les promoteurs notamment Monsieur Emile Comlan Tégbénou, ont bénéficié du soutien de Monsieur Armand Zinzindohoué, alors Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, pour exercer en toute illégalité leurs activités de collecte et de placement de fonds qui constituent en réalité un vaste réseau d’escroquerie créé de toutes pièces pour arnaquer les populations et se faire remettre d’importantes sommes d’argent.


CORRESPONDANCE N° 1-076/SG/SSPCAS/DS/SP-C


REPUBLIQUE DU BENIN

MINISTERE DE LA DECENTRALISATION,

DE LA GOUVERNANCE LOCALE,

DE L’ADMINISTRATION ET DE L’AMENAGEMENT

DU TERRITOIRE

DEPARTEMENTS.DE L’OUEME ET DU PLATEAU

PREFECTURE DE PORTO-NOVO

Porto-Novo, le 20 novembre 2009

N°1-076/SG/SSPCAS/DS/SP-C

Messieurs les Responsables des Agences :

- BANK OF AFRICA

- DIAMOND BANK

- CONTINENTAL BANK

- FINANCIAL BANK

- ECOBANK

- BIBE

- VITAL FINANCE

- ICC/SERVICES

- PADME

- PAPME

- CLCAM

- SURAM-ANGEL

Objet : Sécurisation des institutions bancaires

Références : -L/n° 1062/MDGLAAT/DC/SG/DGAE/DDC/SAGAPCE du 11/11/09.

L/n°073/SG/SSPCAS/DS/SP- C du 16/11/09.

Déférant aux instructions du Ministre de la Décentralisation, de la Gouvernance Locale, de l’Administration et de l’Aménagement du Territoire et suite aux recommandations issues de la séance de travail tenue avec Vous, le mardi 17 novembre 2009, j’ai l’honneur, de porter à votre connaissance que des dispositions ont été prises pour déployer des forces de l’ordre dans les zones stratégiques et pour assurer la sécurité de toutes les institutions bancaires et financières exerçant dans les Départements de l’Ouémé et du Plateau du lundi 23 novembre 2009 au samedi 28 Février 2010 inclus.

Dans ce cadre, le coût global des opérations est évalué à neuf millions cinq cent vingt mille (9.520.000) FCF A et seront à la charge des institutions répertoriées.

C’est pourquoi, je vous demande de bien vouloir apporter à la Préfecture de Porto-Novo votre contribution financière en vue de la réussite des dites opérations.

Veuillez agréer, Messieurs les responsables d’agences, l’expression de ma considération distinguée.




Ainsi, Monsieur Armand Zinzindohoué a fait mettre un garde du corps à la disposition de Monsieur Emile Comlan Tégbénou. En outre, sur ses instructions, la demande d’un permis de port d’arme introduite par Monsieur Emile Comlan Tégbénou et dont l’étude mettait du temps, a été examinée avec diligence et le document signé par lui. Monsieur Armand Zinzindohoué recevait fréquemment Monsieur Emile Comlan Tégbénou dans son bureau au Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique et a pris part à ses côtés à l’inauguration de l’Eglise du Christianisme Céleste de Malahoui (Commune d’Adjarra) et d’un château d’eau à Glo-Djigbé (Commune d’Abomey-Calavi) ".

Dans ce cas, on comprend alors difficilement le gouvernement qui, dans le communiqué du Conseil des ministres du 3 août 2010, trouve " curieuses la précipitation et les surenchères de ces hommes politiques qui veulent se disculper face à l’Affaire ICC et Consorts dans laquelle leur responsabilité est entièrement engagée " et se demande " pourquoi les opposants n’ont-ils pas réagi, comme ils savent si bien le faire en d’autres occasions, pour s’opposer aux activités illégales de ICC Services et Consorts dans lesquelles, selon les renseignements recueillis, certains parmi eux et leurs collaborateurs sont partie prenante ? "

Après avoir lu le contenu de cette correspondance N° 1-076/SG/SSPCAS/DS/SP/-C du 20 novembre 2009 signée du Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau qui agissait sur instructions de son ministre de tutelle, on se demande bien à quelle logique répondent ces observations du gouvernement dans un communiqué officiel du Conseil des ministres.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.
avatar
guyardo
Adepte
Adepte

Messages : 84
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Age : 36
Localisation : Bénin

Re: La preuve que le gouvernement a collaboré avec ICC et consorts

Message par guyardo le Mar 14 Sep 2010 - 14:38

Et pourquoi disent-ils qu'ils ne ne connaissent pas l'ONG ICC ?

    La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 6:30