PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Abdoulaye Bio Tchané au sujet des changements climatiques :« Le continent africain doit bénéficier des compensations »

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Abdoulaye Bio Tchané au sujet des changements climatiques :« Le continent africain doit bénéficier des compensations »

Message par Admin le Ven 9 Avr 2010 - 18:00

Abdoulaye Bio Tchané au sujet des changements climatiques :« Le continent africain doit bénéficier des compensations »



Face aux défis des changements climatiques qui pèsent de plus en plus sur le continent noir, le président de la Banque ouest africaine de développement (Boad) Abdoulaye Bio Tchané a montré hier, jeudi 08 avril 2010 sur la télévision nationale les solutions proposées par l’institution qu’il dirige pour soulager les populations africaines. Il a aussi dévoilé la stratégie définie par la Boad pour assurer la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et n’a pas éludé les questions relatives à sa probable candidature aux élections présidentielles de 2011 au Bénin.


Devant les 08 journalistes représentant les 08 pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), Abdoulaye Bio Tchané a souligné hier sur l’ORTB, l’importance de la lutte contre les changements climatiques et évoqué quelques actions déterminantes pouvant y contribuer. Pour lui, les pays africains ont une responsabilité négligeable dans le réchauffement de la nature et doivent par conséquent bénéficier de mesures compensatoires de la part des pays développés. Néanmoins, il a trouvé nécessaire que les pays africains réfléchissent à un système d’électrification propre pour lutter contre la déforestation. « Nous devons penser aux mesures d’adaptations et d’atténuation des changements climatiques », a-t-il souhaité avant de préciser que l’institution bancaire régionale a pris dans ce nouveau challenge de grandes initiatives.

A l’en croire, la Boad finance le vaste projet de « Grande muraille verte » conçu par le Sénégal estimé à près de 600 milliards F Cfa et qui couvrira plusieurs pays africains. La banque mettra, a-t-il dit, en place une forme d’assurance pour les producteurs face aux conséquences des intempéries et donnera aux opérateurs économiques un accès au marché des crédits carbones.

A propos de la problématique de la sécurité alimentaire, Abdoulaye Bio Tchané a fait savoir que l’Uemoa dispose d’une politique agricole qui se met déjà en œuvre dans les Etats membres et que la Boad possède également dans ce cadre, une stratégie spéciale. « Nous développons un programme de développement dont le coût est estimé à 100 milliards F Cfa au profit des Etats et entendons soutenir une coopération public-privé pour permettre l’autosuffisance alimentaire qui reste notre priorité », a-t-il laissé entendre. Selon lui, des partenariats sont en passe d’être signés avec la Banque africaine de développement et l’Agence française de développement pour consolider le secteur privé agricole régional. Abdoulaye Bio Tchané a aussi dressé le bilan des activités de l’année écoulée de la Boad. « La crise économique s’est accentuée en 2009 pour nos pays. Mais la Boad s’en est relativement bien sortie. Elle a augmenté ses résultats et doublé ses engagements », a-t-il fait remarquer.

« Le financement des infrastructures à Porto-Novo est une activité ordinaire pour la Boad »

Interrogé sur les polémiques que suscite la dernière signature d’accord de financement de la construction d’infrastructures intervenue entre la ville de Porto-Novo et la banque régionale, Abdoulaye Bio Tchané a répondu : « ces financements constituent une activité normale pour la Boad. Ce sont des polémiques qui ne la concernent pas ». Pour lui donc, ces investissements ne devraient pas faire l’objet d’une interprétation politique. Il faut souligner que l’invité qui est aussi un potentiel candidat aux prochaines élections présidentielles au Bénin, s’est montré au cours de l’entretien très prudent face à la question du journaliste malien Salif Sanogo sur sa probable candidature. A l’entendre, toutes les éventualités peuvent être envisagées.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Sam 18 Nov 2017 - 15:28