PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Refus d’extradition de Patrice Talon : les conséquences politiques d’une décision juridique

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Refus d’extradition de Patrice Talon : les conséquences politiques d’une décision juridique

Message par Admin le Jeu 5 Déc 2013 - 9:04

Refus d’extradition de Patrice Talon : les conséquences politiques d’une décision juridique



Cinglant camouflet ! Le terme n’est peut-être pas assez fort pour décrire ce que vient de subir le gouvernement béninois, disons le Président Boni Yayi, dans le dossier de demande d’extradition vers le Bénin des hommes d’affaires béninois Patrice Talon et Olivier Boko.

La Chambre d’instruction de la Cour d’Appel de Paris a rejeté ce mercredi 04 décembre, cette demande d’extradition formulée par les Autorités béninoises. Cette demande d’extradition a été formulée par Cotonou, dans le cadre des affaires de supposées tentatives d’empoisonnement et de coup d’Etat contre le Président Boni Yayi. Dans les affaires dans lesquelles Patrice Talon est pointé du doigt comme étant le commanditaire qui a agi, avec la complicité de son compagnon Olivier Boko et de plusieurs autres proches de Boni Yayi, détenus depuis dans diverses prisons au Bénin.
Cette décision juridique que vient de prendre la Cour d’Appel de Paris, ne manquera pas d’avoir des conséquences sur les plans politique et diplomatique. Encore que l’affaire en question revêt elle-même un caractère politico-juridique.
Primo. Début d’une fin de règne tumultueux pour Boni Yayi
Politiquement, Boni Yayi sort affaibli de cet épisode de l’affaire Talon. Et comment ? Au plan purement politique, la polémique autour du controversé projet de révision de la Constitution, le complot ourdi contre la démocratie béninoise, la question de la Lépi et le report sine die des élections locales et communales, avaient déjà porté un coup à la notoriété de Boni Yayi au plan politique. Cette affaire Talon, qui revêt au-delà de tout un caractère politique, constitue une guerre ouverte entre Boni Yayi et son ancien « ami ». Etant donnée l’emprise des deux hommes sur l’opinion publique béninoise, l’issue de cette confrontation, au plan juridique, devrait avoir ses répercussions au plan politique. Surtout pour le Président Boni Yayi. Et, après la double-ordonnance de non-lieu du Juge d’instruction Angelo Houssou, et l’arrêt de la Cour d’Appel de Cotonou qui a confirmé en grande partie les non-lieux du Juge Houssou, le Président Boni Yayi avait déjà commencé à perdre la face. L’issue favorable de la demande d’extradition devrait permettre à Boni Yayi de reprendre du poil de la bête. Et voilà que Talon ne sera pas extradé. Avec tout le lien entre cette affaire Talon et l’animation de la vie publique au Bénin, on pourrait dire que c’est le début de la fin de règne de Boni Yayi. Bien qu’on soit encore à plus de deux ans de la fin de son second mandat.
Secundo. L’unité nationale en danger !
Fracture de deux Bénin (les pros Yayi et les anti-Yayi). « Il faut que ce dossier ne divise nullement les Béninois », dixit le ministre béninois de la Justice, Valentin Djènontin. Et pourtant, l’analyse de la situation sur le terrain, depuis le début de cette affaire, révèle une réalité tout autre. L’affaire Talon a donné naissance à trois Bénin. Un premier Bénin qui soutient Boni Yayi. Un deuxième Bénin qui crie au complot du gouvernement contre Patrice Talon. Et un troisième Bénin qui, dépassé par les évènements, ne sait qui croire ni à quel saint se vouer. L’issue de cette demande d’extradition de Talon risque de creuser l’écart entre ces trois Bénin, surtout les deux premiers. Les pros-Talon s’en sortent victorieux. Et comme à chaque coup que reçoit le gouvernement, il faut s’attendre, dans les tout prochains jours, à une reprise et une recrudescence des marches, prières et déclarations de soutien au Président Boni Yayi.
Tertio. L’image du Bénin écornée
Dans tout ce bataclan, que ce soit Boni Yayi qui ait raison ou Patrice Talon qui ait tort, ou encore ni l’un ni l’autre, le Bénin reste le grand perdant. L’image du pays prend un coup. Aux yeux de la Communauté internationale, le Bénin est devenu le pays de la complotite, des magistrats corrompus, du Président épidermique et aux abois, des hommes d’affaires véreux… Dommage pour un pays qui avait jusque l’image d’un modèle de démocratie, et bon apprenti en matière de construction de l’Etat de droit. Dommage !


Source: LNT


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 16:06