PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

La renaissance africaine

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1565
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

La renaissance africaine

Message par Admin le Lun 24 Aoû 2009 - 13:33

La Renaissance africaine (suite et fin)


En effet, c’est surtout en France, dans des instituts compétents et organisés, d’enseignement de l’histoire africaine, que des noirs apprennent l’écriture hiéroglyphique, la linguistique comparée, le swahili (future langue continentale), les mathématiques, la physique égyptienne...Cette jeunesse disciplinée et appliquée est conscience des enjeux géopolitiques et géostratégiques actuelles et futures et s’y prépare. C’est ça la peur bleue de Sarkozy ! Car vers notre parcours pour une Afrique Unie : Adieu le Fond Monétaire Internationale (occidentale) ! Adieu Banque Mondiale (occidentale) ! Adieu Francophonie la supercherie ! Adieu exploitation de nos ressources ! Adieu francs CFA ! Nous africains, gardons encore l’expression « francs » pour notre monnaie pour alors que les français eux-mêmes l’ont abandonné pour l’euro et confions nos finances à la banque de France. Incroyable !

Face à tout ce qui précède, qu’est-il alors nécessaire de faire pour que la renaissance africaine soit comprise et acceptée dans notre pays ? Avant tout : sensibiliser les populations, leur expliquer les enjeux à long terme pour notre continent. Lever impérativement l’opacité sur les projets en cour ou à venir. Dissiper les nébuleuses autour des chantiers de l’anoci et du financement du monument. Eclairer l’opinion sur le terrain de l’aéroport et celui du champ de tir cédé à des étrangers et qui est devenu un véritable no man’s land pour les promeneur et les pêcheurs. Sanctionner les auteurs d’opérations illicites et saisir les biens mal acquis. L’ensemble de ces mesures ramènera la sérénité et la confiance, qui va entraîner sans doute l’adhésion des populations au projet innovant de la renaissance africaine, dont voici sommairement les grandes lignes et l’agenda, proposés par le professeur Obenga : 2005-2015 : sensibilisation des populations, organisation d’un Forum Mondial sur l’Afrique ; 2015-2030 : financement et réalisation des grands projets (techniques, technologiques, politiques, socio-humaines) ; 2030-2050: penser un Etat Fédéral d’Afrique : qui gérera et discutera les questions de géopolitique, géostratégie ; la question d’un programme nucléaire, africain, entre autres. Puis vers, 2100 : L’Exploration, spatiale africaine. Cette perspective n’est pas une utopie mais un projet réaliste et les choses ne marchent que si l’on y croit, si l’on s’en donne les moyens.

En définitive, l’idée du fesman n’est pas en-soi mauvaise, elle est seulement inopportune. Ce festival ne devrait pas être uniquement l’affaire de cercle d’intellectuels ou d’artistes mus par des intérêts individuels, mais l’affaire de véritables professionnels africains et afro-descendants à la moralité irréprochable et rompus à l’événementiel mondial. Ce festival réclame la sensibilisation de tous les noirs de tous les continents. Ni d’inspiration occidentale ou asiatique, les thématiques retenues refléteront ce que nous avons été, qui nous sommes et où nous voulons aller. Elles ne sauraient être de pâles copies d’événements étrangers passés. Cet évènement exige une organisation sans faille, une communication soignée, mais surtout des infrastructures de hautes qualités.

L’édification d’un monument quel qu’il soit, doit mesurer les impacts environnementaux, sociaux et psychologiques. Un projet de monument doit s’inscrire dans le respect des lois et règlement en vigueur et surtout s’inspirer de l’esthétique négro-africaine.

En réduisant la renaissance africaine à la construction de ce monument, les initiateurs de cet édifice farfelu de plusieurs milliards, n’ont pas fait, qu’accroître le désarroi de populations tourmentées et en manque de repères idéologiques, ils ont considérablement brouillé la communication sur le concept. Cette action d’un petit groupe isolé, vénal, en quête de légitimité, ne saurait compromettre la marche d’un Etat Fédéral d’Afrique Noire forte, puissante, prospère et qui consacrera l’avènement d’une ère planétaire ancrée sur les valeurs universelles fondamentalement humaines. La renaissance africaine n’est que la première étape vers ce destin. Notre peuple est en mesure d’en saisir les enjeux et d’y participer.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Dim 23 Sep 2018 - 6:08