PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Interview sur Bbc Afrique : Batoko s’oppose à toute révision objet de trouble

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Interview sur Bbc Afrique : Batoko s’oppose à toute révision objet de trouble

Message par Admin le Lun 1 Juil 2013 - 9:56


Le président de la Cour suprême s’est exprimé clairement contre toute révision de la constitution qui serait source de trouble pour la nation. Ousmane Batoko a profité de cet entretien pour apporter un peu plus d’éclaircissement sur la rencontre des présidents des cours suprêmes d’Afrique avec le président Barack Obama. C’était samedi sur Bbc Afrique dans l’émission Afrique matin.

Dites nous M. le président combien présidents des cours suprêmes ont pris part à cette rencontre ?

5 francophones et 7 anglophones

Quels sont ces présidents des cours suprêmes francophones ?

Il y a notre hôte sénégalais le président Sako, il y a mon collègue de la Côte d’Ivoire le président Mamadou Koné, celui du Niger le président Oumarou Yayé, celui du Gabon le président Madounga et puis moi-même.

Pourquoi le président Obama a tenu à rencontrer les présidents des cours suprêmes du continent ?

Bon ! Je crois que la préoccupation qui était celle du président Obama, était celle de préciser l’importance que lui-même accorde à la justice et en particulier à la place de la justice dans l’édification de l’Etat de droit en Afrique. Il a affirmé sa conviction que la justice était la colonne vertébrale de la démocratie sur le continent africain.

Les présidents des cours suprême en Afrique sont souvent accusés d’être inféodés à l’exécutif.

Est-ce que ce n’est pas pour cela que le président Obama vous a rencontrés ?

Je ne sais pas si votre affirmation peut-être confirmé par quelqu’un comme moi, parce que c’est vrai que j’ai été nommé en ce qui me concerne par le président de la république du Bénin. Mais je n’ai aucune redevance je n’ai aucun recours à faire à l’endroit du président de la république et je me sens tout à fais à l’aise et tout à fait indépendant dans les actes que je pose en ma qualité de président de la cour suprême.

Alors ce que vous venez de dire c’est que la Cour suprême du Bénin est totalement indépendante de l’Exécutif ?

Totalement indépendante, même le procureur général de la cour suprême qui est proposé à la nomination au conseil supérieur de la magistrature par le garde des sots n’a aucun lien de hiérarchie avec le garde des sots.

Le président Boni Yayi est suspecté au Bénin même de vouloir modifier la constitution pour briguer un troisième mandat. Si cela devrait arriver vous allez dire au président Boni Yayi de ne pas le faire ?

Je ne sais pas sur quoi vous vous fondez pour estimer que le président Boni Yayi voudrait modifier la constitution par rapport à des intérêts personnels qu’il pourrait viser ? La modification de la constitution s’impose après plus de vingt ans d’expérience de sa mise en œuvre au Bénin. Nous avons été un certain nombre dans le pays juristes de haut niveau qui avons été soli cité dès 2008 déjà par le président Boni Yayi pour une relecture de la constitution. Les premières propositions de modifications qui ont été faites au Bénin émanent de l’équipe à laquelle moi-même j’appartenais et qui avais obtenu du chef de l’Etat du Bénin que les fondamentaux de la constitution béninoise ne soient pas modifiés.

Les fondamentaux de la constitution béninoise c’est quoi ?


C’est la laïcité de l’Etat, c’est également la limitation du nombre de mandat, c’est également la limitation en planché et en sommet de l’âge des candidats à la présidence de la république et d’après ce que l’on dit aujourd’hui au Bénin, les propositions qui sont parvenus sur la table de l’assemblée nationale n’ont en aucune manière touché à ces fondamentaux de la constitution béninoise.

Ce qui signifie en clair que vous êtes opposé à toute modification de la constitution béninoise pour permettre au président Boni Yayi s’il voulait se représenter de le faire. ?


Je ne suis pas opposé à toute modification de la constitution, je dis que j’ai été de ceux qui ont fait les premières propositions de modifications de la constitution. Mais de modifications de la constitution qui ne porte atteinte à aucun des éléments fondamentaux de la dite constitution. J’ajoute que si la modification de la constitution doit conduire à des perturbations à l’intérieur du pays, je suis de ce qui estime qu’il y a plus important en ce moment à faire pour le pays plutôt que de s’engager dans un processus de modification de la constitution. Voilà mon point de vue M. le journaliste.

Avez-vous demandé au président américain Barack Obama d’appuyer les cours suprêmes africaines pour plus d’indépendance ?

Absolument nous le lui avons demandé mais j’ai été de ceux qui ont dis au président Obama qu’à l’exemple de ce qui se passe actuellement dans certains de nos Etats pour ne citer que le cas du Bénin nous bénéficions du soutien financier et matériel de certaines ONG en particulier des ONG allemandes qui contribuent d’une manière ou d’une autre au renforcement des capacités d’action de la justice.

Source BBC Afrique

Transcription : Abd’el Khader ACHIROU (stg) , Enock LAHADE (stg)

Article publié dans L’Informateur du lundi 01 juillet 2013



_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Jeu 17 Aoû 2017 - 13:42