PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Le général Rachid Ammar jette l'éponge

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Le général Rachid Ammar jette l'éponge

Message par Admin le Mar 25 Juin 2013 - 14:22

Le général Rachid Ammar jette l'éponge.


Le général Rachid Ammar prend sa retraite et fait face aux critiques.


Depuis la chute de Ben Ali, le 14 janvier 2011, le général Rachid Ammar s’en était tenu à son devoir de réserve. Et pourtant il fait partie des hommes que les Tunisiens auraient bien aimé entendre à ce moment-là. Deux ans et demi plus tard, ce 24 juin, il a brisé le silence pour annoncer son départ à la retraite tout en affichant ses doutes quant à l'avenir de la Tunisie.

Coup de théâtre en Tunisie. Le jour où l’armée commémore sa création en 1957, le général Rachid Ammar, chef d’état-major interarmées, a jeté l’éponge. Dans une interview à la chaîne de télévision Ettounsiya, le patron de la grande muette a annoncé avoir choisi de faire prévaloir ses droits à la retraite tout en assurant que la relève était prête. Mais il a surtout donné son interprétation des dfférents événements qui ont secoué le pays depuis le 14 janvier 2011, dont la situation avec les groupuscules armés.

« Au Jebel Chaambi, il n’y a plus rien ; les jihadistes qui s’entraînaient là depuis un an se sont repliés mais ils sont clairement en lien avec Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) et ont pour objectif d’affaiblir l’État tunisien », a-t-il indiqué en substance, tout en révélant ses craintes pour son pays qui, estime-t-il, n'est pas assez outillé économique pour faire face aux tentatives de déstabilisation. « La somalisation de la Tunisie n’est pas à exclure », a-t-il ajouté.
Durant ces trois heures d’entretien, Rachid Ammar a opéré publiquement une passation des dossiers. S’il a décrit une armée tunisienne patriote et soudée autour de valeurs républicaines, en bon ordre et apte à agir sur le terrain, il a aussi souligné la faiblesse et les défaillances de l’appareil de renseignement, pourtant indispensable pour lutter contre le terrorisme.

Rôle politique

Les Tunisiens ont également appris que celui qui avait dit non à Ben Ali  aurait été pressenti pour l’investiture suprême au lendemain de la révolution, promotion qu’il a refusée. Néanmoins le général Ammar a révèlé avoir eu un rôle politique : « L’assassinat de Chokri Belaïd - le 6 février 2013 - aurait pu signer l'acte de décès de l’État tunisien. L’initiative de Hamadi Jebali de former un gouvernement de technocrates était mon idée pour sauver le pays du chaos », explique-t-il.

Les évènements du mont Chaambi, où l’armée s’est enlisée sans parvenir à démanteler les réseaux jihadistes, a été un prétexte pour certains hommes politiques, dont Mohamed Abbou, de demander le renouvellement du commandement des armées. Hier soir, le général Ammar a fait face à ses détracteurs et rendu compte au peuple de son action.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

caprice
Débutant
Débutant

Messages : 3
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/06/2013

Re: Le général Rachid Ammar jette l'éponge

Message par caprice le Mer 26 Juin 2013 - 14:55

LE PRINTEMPS ARABE.....

Je m'attendais à ce qu'on parle déjà de l'ETE ARABE. Mais non encore une fois les colons font leur plan et  nos dirigeants appliquent  comme d'habitude le "copier-coller".  
Parfois je me demande si ce ne serait pas mieux pour l'Afrique de demeurer une colonie mais de façon officielle et non officieuse. Je sais que je risque de m'attirer les foudres des lecteurs mais sincèrement nous reculons  et je me demande si cela préoccupe nos dirigeants. Ce n'est pas une guerre de personnes qui nous avancera mais des débats d'idées. Même si nous avons des potentialités comment nous comptons les utiliser ? Pour moi peu importe la personne qui sera à la tête de la Tunisie qui est un beau pays j'avoue le souci est de savoir que compte faire cette personne  c'est-à-dire ce dirigeant afin d'alléger les souffrances de son peuple.
Ce qui m'amène à dire " ET TOI QU'EST-CE QUE TU FERAIS ?"

Caprice

    La date/heure actuelle est Dim 19 Nov 2017 - 16:10