PEUPLE BÉNINOIS, PARCE QUE LES PEUPLES QUI GAGNENT SONT CEUX QUI OSENT ; OSONS OSER EN ÉTANT PLUS ATTENTIFS A LA GESTION DE NOTRE PAYS EN ÉTANT PLUS EXIGEANT AUSSI. ET SI NOUS OSONS, QUE 2017 NOUS SOIT POSITIVE A TOUT POINT DE VUE. NOTRE BÉNIN MÉRITE UN GRAND DESTIN ET NOUS, UN GRAND AVENIR. *********** POUR VOTRE SANTÉ , ÉVITEZ DE MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE ET TROP SALE, MANGEZ AU MOINS 5 FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE, ÉVITEZ DE GRIGNOTER ENTRE LES REPAS...........

Sassou N’Guesso et Hollande : La danse des hypocrites

Partagez
avatar
Admin
LE Grande Guide

Messages : 1564
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2009
Localisation : Cotonou

Sassou N’Guesso et Hollande : La danse des hypocrites

Message par Admin le Lun 22 Avr 2013 - 10:03



Le chef de l’Etat congolais Denis Sassou N’Guesso a été reçu le lundi 8 avril à L’Elysée par son homologue Français François Hollande. Malgré l’ambiance « glaciale » aussi bien climatique que contextuelle, les deux hôtes n’ont point manqué d’écrire une page (de plus ?) de la têtue « françafrique ».



Par Virgile AHISSOU



La poignée de mains « diplomatiquement » brève sur fond de roulements de tambours d’honneurs républicains a tout de même été suivie d’un entretien de plus d’une heure d’horloge… Le partenariat en a besoin en cette période d’ « affaires » tant vieilles que réchauffées.

« Biens mal acquis » et « légitimation »

L’affaires dite des « biens mal acquis » qui (foi de Sassou) n’empêcherait point le numéro un Congolais de dormir, constitue la belle toile de fond de cette messe élyséenne désormais classique pour dans la thérapie de légitimation des régimes en place dans les ex-colonies. Et pourquoi le président Sassou N’Guesso devrait-il se priver de cette nouvelle dose de la cure surtout qu’en faisant d’une pierre plusieurs coups, il pourrait, de ces « biens » sans mal pour la terre qui les héberge, en faire le tour du propriétaire ?

La classique interview au sortir de l’Elysée étant une occasion en or, Denis s’en saisit : « Ce que nous voulons rappeler, c’est que le principe auquel nous avons tous souscrit au plan international, celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, que ce principe soit respecté… pour que la justice, en France, ne se sente pas le droit de traiter des questions qui intéressent les problèmes intérieurs des autres Etats ». Très subtile manière de dire (sans le faire) à François d’aller s’occuper des « affaires » qui (de nos jours) ne sont rares dans l’Hexagone. Qui devrait (ou pourrait) moraliser qui ?

Et qui avait parlé de « légitimation » par la CEAC (présidée actuellement par Sassou) du coup d’Etat en Centrafrique ? Là aussi, Denis ne manque pas d’argument au nom de ses pairs : « Nous n’avons pas légitimé le coup d’Etat en Centrafrique. Nous l’avons plutôt condamné. Au niveau de la CEEAC, nous sommes en train de rechercher les solutions de sortie… Ce n’est quand même pas en faisant ainsi que nous légitimons un coup de force ». Toutefois, ni Denis ni François ne nous expose le rôle joué éventuellement par Paris dans le « déclassement » d’un Bozizé devenu (peut-être) gênant à plus d’un titre.

Et le bal se poursuit aussi bien sur le continent que dans l’Hexagone. L’hypocrisie collective aussi.


_________________
Si le Peule donne le POUVOIR , il a encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR.

    La date/heure actuelle est Mar 26 Sep 2017 - 7:27